Sécurité alimentaire : Vers la mise en place d’un comité de veille citoyenne et parlementaire

La Confédération paysanne du Faso (CPF) organise, les 19 et 20 juin 2019 à Ouagadougou, un atelier pour la mise en place d’un comité national de veille citoyenne et parlementaire sur l’application de la Charte pour la Prévention et la gestion des crises alimentaires (Charte PREGEC) au Sahel et en Afrique de l’Ouest. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles.

C’est connu. Le Sahel est en proie, ces dernières années, à des crises alimentaires récurrentes. Malgré les milliards investis pour apporter des réponses, les populations, notamment rurales, vivent dans une sorte de spirale. Afin de faciliter la coordination et la cohérence des interventions, une Charte pour la Prévention et la gestion des crises alimentaires (Charte PREGEC) a été adoptée en novembre 2011 à Conakry et approuvée en 2012 par le 40e sommet ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO.

Une vue des participants

Afin de permettre aux parties prenantes de renforcer entre autres leurs connaissances sur les principes et engagements de ladite charte et les indicateurs de suivi, la Confédération paysanne du Faso (CPF), en collaboration avec le Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest et le Secrétariat du club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO/OCDE), organise, les 19 et 20 juin 2019, un atelier à l’issue duquel un comité national de veille citoyenne et parlementaire de la Charte PREGEC sera mis en place.

Thiombiano Lamourdia, secrétaire général du ministère de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles

Une myriade d’acteurs

Selon le secrétaire général du ministère en charge de l’Agriculture, Thiombiano Lamourdia, la charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires est un code de bonne conduite qui décline les responsabilités et engagements des acteurs. Les acteurs, ce sont les organisations paysannes, la société civile, le secteur privé, le parlement, les ministères concernés par la sécurité alimentaire et nutritionnelle (agriculture, environnement, santé, eau et assainissement, promotion de la femme, de la solidarité nationale), les organisations inter-gouvernementales, les partenaires techniques et financiers.

« La charte, selon les organisateurs, appelle les États et leurs organisations économiques régionales à des politiques et à des engagements financiers souverains visant le renforcement de la production alimentaire locale, du pouvoir d’achat des consommateurs, du fonctionnement des marchés locaux, nationaux et régionaux de produits agricoles et alimentaires ».

Bassiaka Dao, président de la Confédération paysane du Faso

Interpeller qui de droit

Au terme de l’atelier, il est prévu la mise en place d’un comité national de veille citoyenne et parlementaire sur l’application de la charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires. Selon le président de la CPF, Bassiaka Dao, ce comité permettra d’interpeller qui de droit le moment venu. « Nous sommes en début d’hivernage et il se peut qu’il y ait des crises au mois d’août. Il faut que ce comité puisse un tant soit peu donner l’alerte précoce et interpeller les décideurs politiques sur les crises qui pointent à l’horizon, afin qu’ils prennent des décisions en concertation avec les partenaires techniques et financiers », a-t-il expliqué. Il espère également que cet atelier, pilote en son genre, sera une référence permettant aux autres États membres de la CEDEAO, à la Mauritanie et au Tchad de se doter de comités nationaux.

Moussa Zerbo, député à l’Assemblée nationale

Le soutien des parlementaires

Présent à la cérémonie, le député Moussa Zerbo, président de la Commission du développement rural, de l’économie et des changements climatiques, a bon espoir que le comité permettra de recadrer et de réorienter les actions à venir. Il a par ailleurs rassuré les participants sur la disponibilité des parlementaires à accompagner les organisations dans leurs actions.
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment