Scrutins couplés de 2020 au Burkina : L’audit du fichier électoral lancé

Le siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) abrite, ce mardi 12 octobre 2020 à Ouagadougou, la cérémonie d’ouverture de l’audit du fichier électoral.

Outre le président de la CENI, Newton Amed Barry, le chef de file de l’opposition politique, Zephirin Diabré, on note la présence de Benewendé Stanislas Sankara, représentant la majorité présidentielle, des représentants des partenaires techniques et financiers, mais aussi des auditeurs du fichier électoral venus de l’Union européenne et de l’Union africaine.

L’objet de cet audit est de montrer que le fichier électoral est propre, absent d’irrégularité et digne d’organiser les élections.

Les résultats de l’audit seront remis à la CENI avant le 21 octobre 2020 et avant d’être communiqués au public.

Pour Me Benewendé Sankara, représentant l’APMP, l’audit est une demande des acteurs du dialogue politique, et qui a pris forme grâce aux fruits de la coopération entre le Burkina Faso et ses partenaires tels que l’Union africaine, l’Union européenne et la Francophonie.

Zéphirin Diabré, représentant le CFOP, a expliqué que l’audit permettra d’éviter des contestations électorales, et de surcroît va accroitre le degré de crédibilité du fichier électoral en faveur des acteurs politiques.

Entre autres, il a expliqué par ailleurs, que d’aucuns pensent que l’opposition politique exagère, mais dit-il : « les forces de défense et de sécurité avaient saisi des camions transportant des électeurs et on l’a vu ».

Selon les propos du président de la CENI, Newton Ahmed Barry, la mission confiée aux auditeurs est d’évaluer, dans une démarche inclusive et transparente, le fichier électoral après la réalisation, par la CENI, des opérations d’enrôlement des électeurs, de centralisation et consolidation des données au niveau national. 

En conséquence, la mission s’est fixé comme objectif, de vérifier des données électorales pour les électeurs enrôlés (identité, affectation à un bureau de vote, données biométriques, etc.), de vérifier l’unicité de chaque électeur sur le fichier électoral, d’évaluer la conformité du fichier électoral par rapport aux normes et standards internationaux, de faire des propositions permettant de consolider les points forts observés et de proposer des solutions d’amélioration pour surmonter les faiblesses identifiées, pour de futurs cycles électoraux.

Durant plusieurs jours, leurs méthodologies se centreront sur des séances de travail avec les différents acteurs burkinabè du processus électoral.

Le Comité d’audit du fichier électoral comprend, outre les représentants de la CENI et les experts internationaux, un représentant de la majorité présidentielle, un représentant de l’opposition, deux représentants de la société civile burkinabè impliqués dans le suivi du processus électoral, deux représentants de la communauté internationale.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment