Santé : Le ministre Charlemagne Ouédraogo lance la campagne de vaccination de rattrapage contre la poliomyélite

Le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, a lancé la campagne nationale de vaccination de rattrapage contre la poliomyélite ce vendredi 12 mars 2021 au CSPS de Zagtouli à Ouagadougou. Au cours de cette campagne, environ 1 900 000 enfants de 3 à 6 ans devraient être vaccinés.

Depuis janvier 2020, le Burkina Faso, comme d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, fait face à une épidémie de poliomyélite due au poliovirus dérivé. 64 cas ont déjà été enregistrés à ce jour. « Quand on analyse ces différents cas, on se rend compte que c’est parce que ces enfants n’ont pas reçu le VPI (Vaccin anti poliomyélitique inactivé) », explique Dr Issa Ouédraogo, directeur de la prévention par les vaccinations.

Le ministre Charlemagne Ouédraogo vaccine un enfant et lance officiellement la campagne de vaccination de rattrapage contre la polio

En effet, dit-t-il, pour lutter contre la poliomyélite, il existe plusieurs formes de vaccin, notamment le vaccin oral très bien connu et le vaccin anti poliomyélitique inactivé qui s’administre par voie injectable. Ce dernier a été introduit en juillet 2018. Mais, explique Dr Ouédraogo, « au moment où ils introduisaient ce vaccin, il y a eu une pénurie de VPI. Ce qui n’a pas permis à son temps de rattraper un certain nombre d’enfants qui vivaient déjà ». D’où la nécessité de cette campagne de rattrapage.

Le ministre s’entretient avec les mamans venues avec leurs bébés pour la vaccination

Un enfant touché équivaut à 200 infectés

Ce sont environ 1 900 000 enfants âgés de 3 à 6 ans qui seront vaccinés au cours de cette campagne sur toute l’étendue du territoire nationale. « Chaque fois qu’il y a un enfant qui est touché par la poliomyélite, vous avez environ 200 enfants qui sont infectés. Il est important de faire une campagne de vaccination de rattrapage pour les enfants qui ont échappé à la dernière stratégie vaccinale qui utilise la forme injectable au lieu de la forme orale. Cette forme injectable va permettre de toucher les trois souches de polio qui circulent actuellement », a indiqué Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la Santé.

Dr Issa Ouédraogo, directeur de la prévention par les vaccinations

Il a invité par ailleurs la population à adhérer à la campagne, afin de permettre de lutter et de bouter la poliomyélite hors du Burkina. La vaccination se fera selon deux stratégies : celle fixe, qui consiste à vacciner les enfants au sein des CSPS et celle avancée, qui consiste pour les agents vaccinateurs de s’établir dans un endroit choisi au préalable de concert avec les populations. Dans ces points, les enfants pourront y être conduits par leurs parents pour être vaccinés.

Photo de famille

Plus de 2700 enfants à rattraper pour le seul CSPS de Zagtouli

Le ministre Ouédraogo explique avoir fait le choix de lancer la campagne de vaccination au CSPS de Zagtouli, parce que c’est le centre de santé qui a le plus grand nombre d’enfants à rattraper dans la région du Centre, soit plus de 2700 et aussi parce que c’est un CSPS périurbain qui couvre des zones non loties avec des préoccupations sanitaires bien différentes. Ce fut l’occasion donc pour le ministre de la Santé de visiter le CSPS et de relever les préoccupations des agents de santé, notamment en ce qui concerne les infrastructures, la planification familiale, la politique de gratuité du gouvernement, afin d’y apporter des solutions.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment