Salvador : le président Bukele refuse d’inclure l’avortement et le mariage gay dans la nouvelle Constitution

Le président du Salvador ne s’est, en revanche, pas opposé à l’allongement du mandat présidentiel de cinq à six ans, à partir de l’élection de 2024.

Une semaine avant l’entrée en vigueur du bitcoin comme monnaie légale au Salvador, plusieurs centaines de personnes ont manifesté, mercredi 1er septembre, dans la capitale pour demander au Parlement d’abroger la loi, ont constaté les journalistes de l’Agence France-Presse (AFP).

Environ 300 militants syndicaux se sont rassemblés devant des bâtiments du Parlement en brandissant des pancartes et en scandant « Non au bitcoin ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le jour où le Salvador s’est converti au bitcoin

« A seulement six jours [le 7 septembre] de l’entrée en vigueur de la détestable loi bitcoin, le Bloc de résistance et de rébellion populaire [BRP] exige son abrogation, car elle frappera les travailleurs, les paysans et les communautés rurales », selon un communiqué de cette plate-forme d’une quinzaine de syndicats et organisations opposés à la cryptomonnaie.

Pour Sonia Urrutia, une militante du BRP, le président de la République, Nayib Bukele, réserve aux Salvadoriens « un amer mois de septembre » avec la « loi bitcoin » avec laquelle « il veut imposer un système monétaire virtuel à haut risque pour 99 % de la population ». Le BRP a annoncé son intention d’organiser des manifestations quotidiennes.

Une application bientôt disponible

Le Parlement salvadorien, dominé de manière écrasante par les partisans du président Bukele depuis les élections législatives, a voté, en juin, la loi qui fera du bitcoin une monnaie ayant cours légal au Salvador. Cette mesure, permettra de dynamiser l’économie du pays, selon le président de ce petit Etat d’Amérique centrale où le dollar est la monnaie officielle depuis 2001.

Lire aussi Nayib Bukele, le premier chef d’Etat à officialiser le bitcoin

Poursuivant la mise en œuvre de la réforme, le Parlement a approuvé mardi, à la demande du président Bukele, qui jouit d’une immense popularité, la création d’un fonds de 150 millions de dollars (127 millions d’euros) destiné à garantir la convertibilité automatique du bitcoin en dollars des Etats-Unis.

Les autorités s’apprêtent à activer une application baptisée « Chivo » (« super », en langage familier) qui doit permettre de procéder à des paiements ou virements en bitcoins. Ses usagers recevront une prime de l’équivalent de 30 dollars (25 euros) en bitcoins lors de l’adhésion à l’application.

En outre, 200 distributeurs automatiques permettant d’échanger des bitcoins sont en cours d’installation.

Tandis que des militaires protégeaient mercredi les distributeurs bancaires d’éventuelles dégradations par des manifestants, un célèbre militant antibitcoin, Mario Gomez, a été arrêté avant d’être relâché face au déluge de critiques sur les réseaux sociaux. Selon un tweet de la police salvadorienne, M. Gomez est soupçonné de « fraude financière » par « l’envoi de faux courriers électroniques à beaucoup d’usagers du système bancaire ».

Le Monde avec AFP

Related posts

Leave a Comment