Saisie d’explosifs dans un car à Fada N’Gourma : Les investigations n’ont toujours rien donné

Le commandant de la compagnie du Groupement de gendarmerie de Fada N’Gourma, le capitaine Issa Paré, et ses plus proches collaborateurs ont animé un point de presse, le mardi 8 septembre 2020, afin d’apporter plus de détails sur la saisie des 330 explosifs dans un car d’une compagnie de transport en commun, sur la Route nationale N°4 en provenance de Ouagadougou, le 1e septembre dernier.

A cette rencontre avec la presse, le capitaine Issa Paré était entouré du lieutenant Boris Taram du Génie militaire, de l’adjudant Issa Diallo du service de la communication de la gendarmerie et du commandant de la Brigade de recherches, l’adjudant-chef major Djibrilou Zina.

Dans sa déclaration, l’adjudant-chef major Djibrilou Zina a expliqué que c’est le mardi 1er septembre 2020 vers 10h, que ses services ont été informés par le poste de contrôle des douanes sur l’axe Ouagadougou-Fada N’Gourma, de la découverte d’un sac contenant des explosifs dans un car d’une compagnie de transport en commun. « Compte tenu de la dangerosité de son contenu, le colis a été immédiatement débarqué et les passagers ont été conduits à la brigade pour des investigations », a-t-il laissé entendre.

Un échantillon des explosifs saisis, et présenté à la presse.

Le colis en question était dans un sac en gite de couleur blanchâtre contenant 22 paquets de 15 bâtonnets de pétards chacun, soit 330 pétards au total. Le service de déminage du Groupement des forces de sécurisation du secteur Centre et Est basé au 34e Régiment interarmes de Fada N’Gourma, a été mis à contribution pour déterminer la nature des explosifs. « Selon les spécialistes, un seul lot de ces pétards (cinq bâtonnets) combinés avec un détonateur peut faire d’énormes dégâts inimaginables. En un mot, il suffirait à mettre en petits morceaux le car, y compris son contenu », ont révélé les conférenciers.

L’adjudant-chef major Zina a relevé que le Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance (TGI) de Fada N’Gourma a été informé dans l’immédiat, et une enquête a été ouverte afin de découvrir le ou les propriétaires du colis, et élucider les circonstances dans lesquelles ces explosifs se sont retrouvés dans le car. Il a précisé qu’il s’agissait d’un car de 70 places d’une compagnie de transport en commun bien connue, qui a quitté Ouagadougou à 6h avec 50 passagers. « Des investigations menées pendant des heures n’ont pas permis de découvrir le propriétaire du colis », a fait savoir le conférencier.

Présidium de la conférence de presse de la Compagnie de Groupement de Gendarmerie de Fada.

Selon les gendarmes, les bagagistes du jour et leurs responsables ont été convoqués dès le lendemain, et sur instruction du parquet, tous les passagers ont passé la nuit dans les locaux de la gendarmerie avant d’être libérés. Ils ont aussi été présentés aux bagagistes qui n’ont pas reconnu le propriétaire ou celui qui a fait embarquer le sac d’explosifs dans le car.

Des explications des bagagistes, a renchéri l’adjudant-chef major Zina, il ressort que le sac aurait pu être mis dans le car à leur insu, car le colis n’a pas été enregistré au service courrier de la compagnie de transport.

S.S.
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment