Réouverture des classes d’examen : Une reprise timide des cours à Bobo-Dioulasso

Les élèves des classes d’examens de la ville de Bobo-Dioulasso ont repris le chemin de l’école ce lundi 1er juin 2020. Après près de trois mois de suspension des cours due à la maladie du Covide-19, ces élèves n’ont que quelques jours pour se préparer, afin d’affronter les examens de fin d’année. Du Lycée Ouézzin Coulibaly (LOC), au Groupe d’Accueil Scolaire Moderne (GASMO I) en passant par l’école primaire Ouézzin-ville A, le constat est le même.

Pour avoir accès aux salles de classes, chaque élève doit obligatoirement se laver les mains et porter un cache-nez. Et pour cela, les responsables de ces différents établissements veillent au respect strict de ces mesures. Pour ce premier jour, le proviseur du LOC nous a confié avoir reçu le matériel nécessaire pour une bonne reprise des cours. Il s’agit de la dotation en kits de lavage de mains, du savon et des cache-nez pour les élèves et leurs enseignants. « Chaque élève a eu droit à un cache-nez et non deux comme annoncé par le ministre », a souligné Gnama Millogo, proviseur du LOC.

A l’école primaire Ouézzin-ville A, chaque élève a reçu aussi un cache-nez. Et contrairement au lycée Ouézzin Coulibaly, dans cet établissement, les enseignants ne sont pas pris en compte dans la dotation des cache-nez. Une situation que ces derniers ont déploré car ils estiment que « ce n’est pas ce qui a été annoncé à la télé ».

Dans certains établissements privés de la ville de Bobo-Dioulasso, les dotations en cache-nez se font attendre. C’est le cas au GASMO I, où sur plus de 800 cache-nez attendus, les élèves ont reçu seulement une centaine. Ce vide a été comblé ce matin grâce à la contribution des responsables de l’établissement, du bureau de l’APE et aux élèves eux-mêmes qui ont bien voulu apporter leur cache-nez.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment