Réduction des inégalités : « Au Burkina, 20% des plus aisé-e-s concentrent 44% des revenus », alertent les OSC

« Je vote pour la réduction des inégalités » est le slogan de la campagne qui veut pousser les hommes politiques à agir contre la pauvreté et les inégalités. Cette campagne lancée, ce 23 septembre 2020, à Ouagadougou est la trouvaille d’une coalition de quatre organisations de la société civile (OSC) qui œuvrent dans les domaines de la vie sociale, économique et politique burkinabè.

Il s’agit du Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG), de l’association des femmes juristes du Burkina (AFJ-BF), du mouvement Le Balai Citoyen et de la Confédération paysanne du Faso (CPF). Cette coalition prône la distribution équitable des richesses et veut contribuer à la réduction des inégalités par la prise de décisions fortes. Mais aussi, amener les partis politiques à axer leurs projets de société sur la réduction des inégalités au niveau politique. Il convient aussi de pousser les électeurs à prendre en considération les propositions des candidats en lien avec la réduction de la pauvreté.

Les OSC à l’origine de la campagne « je vote pour la réduction des inégalités » ont expliqué que depuis 2015, le niveau des inégalités économiques dans le monde reste une catastrophe. A ce sujet, il est ressorti qu’en 2019, vingt-six personnes seulement possèdent à elles seules autant de richesses que la moitié la plus pauvre de l’humanité, soit 3.8 milliards de personnes, contre 43 personnes en 2018. Ce qui se traduit au Burkina Faso à travers les secteurs sociaux tels que l’éducation, la santé, l’accès à l’eau potable, l’alimentation, le logement.

Pour les OSC, sur le plan économique au Burkina, 20% des plus aisé-e-s concentrent 44°/° des revenus, tandis que 80% de la population se disputent les 56 % restants. Dans les zones rurales, 47,5% de la population vit encore en dessous du seuil de la pauvreté, contre seulement 13.7% en milieu urbain.

Aussi, relèvent les OSC, les disparités géographiques en matière de pauvreté persistent. C’est ainsi qu’il a été relevé qu’une personne sur deux, soit 50% vit en dessous du seuil de la pauvreté dans la région de l’Est, du Centre-Nord et du Centre-Ouest. Dans la région de la boucle du Mouhoun et du Nord, les niveaux de pauvreté sont encore plus frappants, avec respectivement 6 et 7 soit 60% à 70% de personnes sur 10 vivant en dessous du seuil de la pauvreté.

Les mêmes analyses sont faites pour les secteurs de la santé, de l’éducation, de la politique et du genre. Pour les OSC, les disparités sont réelles dans tous les secteurs du Burkina. Pour y remédier, les OSC veulent pousser les partis politiques à prendre les engagements en matière de réduction de la pauvreté, tout en impliquant la population à la base.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment