Réconciliation nationale : Le panel des sages de l’Appel de Manéga propose une feuille de route

Les initiateurs de l’Appel de Manéga ont animé, dans la soirée de ce mercredi 5 février 2020 à Ouagadougou, une conférence de presse. Objectif : présenter la feuille de route de sortie de crise proposée par des sages signataires dudit appel.

Les promoteurs de l’Appel de Manéga font un pas de plus dans la recherche de la paix au Burkina Faso. Après avoir lancé leur mouvement, puis recueilli les signatures des sages, ils ont conçu une Feuille de route pour une sortie de crise.

Le document, qui présente la philosophie de l’Appel de Manéga, ébauche dix axes au tour de l’unité nationale, l’économie, les Forces de défense et de sécurité, la justice, l’insurrection et le coup d’Etat manqué de 2015, les exilés politiques et autres, la promotion du civisme, les élections, la mémoire et l’histoire du pays, l’apaisement social. « Il est recommandé un dialogue direct inter-burkinabè dont un forum de réconciliation nationale inclusif auxquels prennent part les exilés politiques et autres », a précisé Lookman Sawadogo, Secrétaire général du Comité de l’Appel de Manéga.

Les recommandations clés

Elles ont été élaborées par le panel des sages avec l’appui d’experts dont Dr Evariste Konsimbo. Le cas des exilés politiques et autres y a été évoqué. Pour Lookman Sawadogo, il est nécessaire de les faire revenir au pays en vue d’amorcer le processus de la réconciliation. Les sages ont également préconisé que les autorités « publiques et morales » condamnent les actes anti-valeurs et que les acteurs de l’insurrection ainsi que ceux de l’ancien régime fassent une « contrition publique ». « Chacun doit reconnaitre ses erreurs et demander pardon. C’est à ce prix qu’on pourra aller à la paix », a soutenu Lookman Sawadogo.

La justice traditionnelle est, selon les membres du Comité de l’Appel de Manéga, meilleure à la justice classique. Ils en veulent pour preuve le cas du Rwanda et ses tribunaux « Ga Tchatcha ». Ils ont également plaidé pour une réparation en faveur des victimes du coup d’Etat de 2015, de l’insurrection populaire et autres ainsi qu’un dialogue direct inter-Burkinabè qui sera concrétisé par un forum de réconciliation nationale inclusif.

En élaborant la Feuille de route, les initiateurs de l’Appel de Manéga recherchent, selon eux, l’apaisement, un climat favorable, de bonne foi et de confiance entre les acteurs des deux camps. Ils entendent également promouvoir la « démarche pédagogique, thérapeutique, réparatrice, une survie sociétale et des valeurs ».

Après avoir présenté le contenu du document à la presse, les responsables du mouvement entendent, dans les jours à venir, entreprendre une série de rencontres avec les acteurs politiques, les Organisations de la société civile et d’autres personnalités en vue de les convaincre de la nécessité de sa mise en œuvre.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment