Réconciliation nationale : le forum prévu du 17 au 23 janvier 2022

Le conseil des ministres s’est tenu le 8 septembre 2021 à Ouagadougou au cours duquel plusieurs dossiers ont été examinés.

Aussitôt rentré des vacances, le gouvernement a tenu son premier conseil des ministres, le 8 septembre 2021, à Ouagadougou. Selon le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, le conseil a délibéré sur un rapport concernant la mise en œuvre de la feuille de route du processus et préparation du forum de réconciliation nationale. «Le conseil des ministres a retenu les dates du 17 au 23 janvier 2022 pour la tenue du forum national de réconciliation », a-t-il indiqué. A l’entendre le porte-parole de l’exécutif à un projet de loi d’orientation de l’organisation générale d’administration qui détermine le cadre général de l’organisation de l’administration du territoire a été adopté.

Cette loi, selon le ministre Tamboura, permettra de mettre en cohérence et en complémentarité les deux modes d’administrations du territoire à savoir la décentralisation et la déconcentration. Un autre projet examiné a concerné les mesures d’urgences visant à assainir la question foncière au Burkina Faso, a-t-il fait savoir. Des orientations ont été données au ministre concerné afin de poursuivre les mesures d’assainissement entreprises et d’engager la relecture des textes législatifs et réglementaires afin de retrouver une bonne gestion du foncier et de la promotion immobilière. Sur la situation humanitaire national Ousséni Tamboura a confié que toutes les régions enregistrent des personnes déplacées internes avec de fortes concentrations dans les régions du Sahel avec 36%, du Centre-Nord 35,3%, du nord 8, 3% , de l’Est 8,3%, et de la Boucle du Mouhoun 2,4% .

22 communes inondées

« Leurs besoins prioritaires sont essentiellement alimentaire, en termes d’abris, d’activités génératrices de revenus et et de sécurité », a-t-il déclaré. Pour ce qui est des catastrophes naturelles, il souligné que 22 communes de 15 provinces reparties sont affectées par les inondations. « On dénombre 20829 sinistrés issus de 3472 ménages. Nous déplorons 87 blessés dont 12 graves et 9 déces », a-t-il précisé. Il a rassuré qu’une assistance a été apportée à ces personnes par la distribution de vivres, de kits, etc. Les ministres chargés du dossier, a-t-il dit ont été instruits à prendre les mesures pour accroitre les stocks pour l’assistance humanitaire et de poursuivre l’élaboration d’une stratégie de relèvement des personnes déplacées internes et des populations hôtes vulnérables, a-t-il ajouté. Après ces délibérations, le conseil a fait des communications orales. Il s’agit notamment du dialogue politique suspendu en juin dernier et dont la reprise des concertations est prévue au cours de ce mois de septembre, selon le ministre Tamboura.

Une autre communication a porté sur la préparation de la loi de finance 2022, le référentiel national de développement pour la période 2021-2025, a rapporté le porte-parole du gouvernement. Il a expliqué que l’avant-projet de budget de l’Etat exercice 2022 est finalisé et sera soumis au conseil des ministres pour examens avant d’être transmis à l’Assemblée nationale. La rentrée scolaire, les assises nationales sur l’éducation et la problématique de la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré pour compter de 2022-2023 ont été aussi au menu des communications orales, a confié Ousséni Tamnboura. Il a aussi informé que le conseil s’est pensé sur l’effondrement de l’infrastructure en construction à l’université de Koudougou ayant causé la mort à quatre personnes. Le gouvernement restera attentif à ces investigations et veillera à l’application des sanctions, a-t-il promis.

Related posts

Leave a Comment