Projet PROMIRIAN : Les acteurs présentent leur bilan à Dédougou

Après 33 mois de mise en œuvre, le Projet multisectoriel intégré de résilience des ménages pauvres et très pauvres face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les provinces septentrionales de la Boucle du Mouhoun (PROMIRIAN) a pris fin. Les acteurs ont exprimé leur satisfaction du bilan présenté le 30 janvier 2020 à Dédougou, car le taux de réalisation des activités est d’environ 96%, malgré les énormes difficultés et l’insécurité.

Porté depuis mai 2017 par le consortium Terre des hommes, Save the Children, Gret, IPA et Wupakwe pour une durée de 33 mois, le Projet multisectoriel intégré de résilience des ménages pauvres et très pauvres face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les provinces septentrionales de la Boucle du Mouhoun (PROMIRIAN) a pris fin le 31 janvier 2020.

En effet, initialement prévu pour prendre fin le 31 décembre 2019, le projet a bénéficié d’une prolongation d’un mois, après une requête nommée « no cost extention ».
Et pour faire le point du bilan de la mise en œuvre du PROMIRIAN, il a été organisé, le 30 janvier 2020 à Dédougou, un atelier suivi d’échanges avec une centaine de participants autour des principales réalisations du projet.

La rencontre a été l’occasion de présenter, entre autres, les principaux résultats du projet, ses principaux succès et ses limites, les principaux obstacles qui ont marqué la mise en œuvre du projet et enfin de présenter les effets de l’action à travers des films de capitalisation.

Financé par l’Union européenne, le PROMIRIAN a pour objectif de renforcer durablement la résilience des populations à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle à travers un meilleur traitement de ses causes multidimensionnelles. L’action s’intègre dans le cadre de la lutte contre la pauvreté des populations sous l’angle monétaire (lien direct avec l’insécurité alimentaire dans sa dimension accessibilité à l’alimentation), mais également sous l’angle de la pauvreté des conditions de vie (lien avec la malnutrition, la santé et la gouvernance).

Lucien Guenguere Haut-Commissaire du Sourou

En termes de bilan du PROMIRIAN, on note, au niveau des réalisations, un taux de 115% pour le renforcement des capacités des unités de production de farine infantile enrichie. L’appui à la production et l’analyse et l’exploitation de données nutritionnelles et sanitaires de qualité enregistrent un taux de réalisation de 75%. Le transfert de cash inconditionnel en période de soudure a été exécuté à 100%. La formation et le coaching des ménages vulnérables en matière de compétence de vie courante, compétence en gestion financière et accès aux microcrédits a connu un taux d’exécution de 91%, etc.

José Bitagugumba Manegabe Coordonnateur du Consortium PROMIRIAN

Le coordonnateur du consortium PROMIRIAN, José Bitagugumba Manegabe, a exprimé sa satisfaction quant au bilan du projet, car le taux global de réalisation des activités est d’environ 96%.
Bien que le projet ait pris fin, José B. Manegabe a invité les ménages bénéficiaires du PROMIRIAN ainsi que les autorités à prendre en main les activités mises en place, car, dit-il, « c’est la fin du projet PROMIRIAN, mais c’est le début de la pérennisation des activités ».

Cependant, pour parvenir à ces résultats, les acteurs de PROMIRIAN ont surmonté d’énormes difficultés sur le terrain. En effet, selon le coordonnateur du consortium PROMIRIAN, il s’agissait de l’accès physique car certaines zones ou villages où se trouvent les ménages vulnérables étaient extrêmement loin de la ville, mais il fallait impérativement aller les chercher. Et dans certaines zones, il fallait utiliser la pirogue pendant la saison pluvieuse. Il a également fait cas de la question sécuritaire qui les a conduits à mettre en œuvre des stratégies avec les partenaires locaux ; mais pour le suivi, ce fut compliqué.

Moussa Djibo maire de Kombori

Très enthousiaste, Moussa Djibo, maire de la commune de Kombori dans la province de la Kossi, confie que PROMIRIAN fut un bon projet, très bénéfique sur le terrain, car il a changé la vie de beaucoup de bénéficiaires. Il a cité en exemple la distribution de volaille, de petit bétail (moutons)… « Au départ, certains n’avaient que deux poulets, mais ils en ont maintenant 20, 30. D’autres ont reçu des semences améliorées et ont pu accroître leur production. En matière de nutrition, il y a également eu beaucoup d’amélioration car auparavant, il y avait beaucoup d’enfants malnutris mais qui sont aujourd’hui bien portants grâce à la farine nutritionnelle offerte par le PROMIRIAN. Il y a aussi les jardins botaniques qui ont permis d’améliorer les conditions de vie des bénéficiaires », a illustré le maire.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment