Projet E-Burkina : Etat d’avancement des travaux « satisfaisant »

Ce lundi 25 mars 2019 à Ouagadougou, une délégation du ministère du Développement de l’économie numérique et des Postes et de l’Agence nationale de promotion des TIC a effectué une tournée dans les cabinets attributaires de marchés, dans le cadre de la mise en œuvre du projet E-Burkina. Objectif, s’imprégner de l’état d’avancement des travaux et encourager les cabinets à produire des plateformes de qualité. La mise en œuvre de ce projet vise entre autres à améliorer l’utilisation des TIC par les administrations publiques et privées.

Constater l’état d’avancement des travaux du projet E-Burkina dans les cabinets chargés de fournir les plateformes pour améliorer les conditions de travail et contribuer à une meilleure gestion des ressources dans les administrations publiques. Tel est l’objet de cette sortie terrain du ministère du Développement de l’économie numérique et des postes et de l’Agence nationale de promotion des Technologies de l’information et de la communication (TIC).

Des collaborateurs lors des échanges dans un cabinet

« Nous avons d’importants projets de réalisation d’infrastructures mais ces infrastructures ne sont pas perceptibles, visibles par les Burkinabè. La partie visible, c’est ce que nous sommes en train de faire dans le cadre du projet E-Burkina. Il était important pour moi que je me déplace pour venir encourager les partenaires privés qui nous accompagnent », a expliqué Hadja Fatimata Ouattara, ministre en charge du Développement de l’économie numérique.

Photo de famille du ministre et les responsables de cabinet

Mis en place par ledit ministère, le projet E-Burkina a pour ambition de doter les administrations du Système intégré de gestion des établissements publics de l’Etat (SIGEPE) et du Système intégré de gestion électronique des documents (SIGED).

Le SIGEPE permettra de doter les établissements publics d’une plateforme fiable et évolutive pour améliorer l’efficacité et la transparence dans la gestion. Une solution pour résoudre les difficultés que rencontre la Direction des affaires monétaires et financières de la Direction du trésor et de la comptabilité publique.

La prémière responsable du ministère en charge du développement de l’économie numerique Hadja Fatoumata Ouattara

Le SIGED, lui, offre une solution pour la gestion électronique des courriers, la gestion et l’archivage électronique des documents. Ainsi, il va permettre de dématérialiser les procédures clés de l’administration, relatives à la gestion documentaire. « Ces plateformes qu’ils vont livrer dans les mois à venir à l’administration vont être des plateformes à la hauteur de nos attentes et cela va révolutionner l’administration car nous aurons, avec ces plateformes, une gestion plus performante. Je suis très satisfaite de l’état d’avancement des travaux et nous avons prodigué des conseils et des recommandations pour faire de ce projet une réussite », a ajouté Hadja Fatimata Ouattara.

George Damien de Switch Maker

En plus de ces deux systèmes, il y a aussi le Guichet virtuel de l’administration publique et la Refonte des sites web des ministères et institutions (GV/RSWA). Ce système offrira à l’administration publique un portail internet polyvalent qui centralise, en un point d’entrée unique, l’ensemble des services, procédures, formulaires mis par l’Etat à la disposition des usagers. Quant au système de Circuit intégré des missions (CIM), il va participer à la rationalisation des dépenses des structures dans la programmation des missions.

Dans tous les cabinets, on redouble d’ardeur pour livrer des plateformes de qualité dans le délai requis (fin 2019). Pour le responsable du cabinet Swictch Maker, George Damien, « avec ce projet, c’est l’administration en ligne, car nous allons avoir tous les services administratifs qui seront disponibles à travers le guichet virtuel ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment