#Procès_Putsch_Manqué : L’expert Sanfo à la barre

 » Ce que je peux dire concernant mon travail, c’est que j’ai reçu une ordonnance du juge d’instruction en ma qualité d’expert, car je suis ingénieur informaticien ; qui
après avoir exposé les faits ( les autorités de la transition avaient été arrêtés,…), m’a demandé d’analyser des ordinateurs, téléphones, clés USB, disques durs, CD…, de récupèrer toutes les données et toutes les informations chiffrées ou supprimées en lien avec ladite affaire.

Il m’a donné le feu vert d’elargir le zoom en faisant des corrélations. À ce titre, je pouvais saisir les opérateurs téléphoniques pour avoir des informations complémentaires. 
Il m’a instruit de retranscrire tout ça dans un rapport et de lui faire parvenir. C’est ce que j’ai fait.

(…) Au total, 72 téléphones et ordinateurs ont été expertisés.
86 % des messages avaient été supprimés de ces portables.
Des numéros de téléphone appartenant à des personnes n’étaient pas identifiés chez l’operateur avec le nom de l’utilisateur.
Certains téléphones que nous devions expertisés étaient codés, il fallait qu’on contourne le système pour retrouver le code. 
Il y avait des messages qui avaient été écrasés (supprimés pour toujours) par des personnes initiées au domaine au point que la récupération n’a pas été complète. 
Néanmoins, tout cas a été remis au juge d’instruction.

Il n’a pas été question pour moi de créer des messages pour charger quelqu’un ou de supprimer des messages qui pourraient décharger qui que ce soit. 
Je suis un expert. Dans ma profession, il y a une déontologie. Une expertise numérique respecte des règles.
Les gens croient que c’est l’expert lui-même qui prend les appareils et qui manipule les données. Non, ça c’est dans les films. 
Lorsque nous recevons des objets scellés, d’abord si l’appareil même est allumé, on l’eteint.
Ensuite, pour l’expertiser, on fait une copie conforme. Ce travail est confié à un matériel homologué.
Ce n’est pas l’expert lui-même qui fait manuellement ce travail. C’est fait par un système sécurisé et homologué. Donc vérifiable. 
C’est impossible de tripoter des informations et avoir des données fiables.

Je n’ai jamais demandé du matériel à la justice. Je ne vois pas pourquoi le ferais-je. 
Lorsque j’ai reçu l’ordonnance du juge, j’ai d’abord vérifié si celui qui me demande ce travail a le droit de le faire.
Constatant que je n’avais pas toutes les compétences, j’ai fait appel à un laboratoire d’expertise de données mondialement connu pour m’assister. 
(…) C’est parce-que je suis burkinabè et que je connais certaines personnes impliquées dans cette affaire sinon, pour mon travail, je n’ai pas besoin de connaître X ou Y. 
Moi j’ai juste besoin de matière ; et c’est mon travail de tous les jours. 
Même hier, j’étais sur une expertise numérique. Que ça soit la police ou la justice, tous les jours, on me fait appel pour ce genre de travail.

Mon travail est vérifiable. Pour savoir si l’expert a manipulé le contenu du rapport concernant cette affaire, c’est facile de le savoir. 
Une contre-expertsie est possible et les opérateurs téléphoniques sont toujours là. Si quelqu’un a échangé des messages ou a effectué un appel avec un tiers, on peut le savoir. 
Si des gens pensent que le rapport de l’expert n’est pas authentique, c’est tellement facile de le prouver.

Concernant l’authentification des écoutes sonores dans ce dossier, je n’y ai pas participé « 

( Younoussa SANFO, expert téléphonique )

L’audience continue…

Related posts

Leave a Comment