Procès putsch de 2015 : l’armée de l’air a appuyé le putsch(général Diendéré)

Chef d’état-major adjoint au moment des faits, le colonel Naba Théodore Palé qui comparait en tant que témoin, a martelé mercredi à la barre que l’état-major général des armées n’a pas soutenu le coup d’Etat. Le général Diendéré, l’un des deux généraux présumés cerveaux du coup ne cesse pourtant de dire le contraire.

Le général Diendéré a expliqué à la barre que si l’armée de l’air a pu mettre à sa disposition l’hélicoptère pour aller chercher le matériel de maintien de l’ordre à la frontière, si toute la hiérarchie militaire ne lui a pas dit « non », c’est que la hiérarchie militaire a appuyé le coup.

Répliquant aux propos du général Diendéré, le témoin rétorque que : « Pas du tout, le souci du chef d’état-major général des armées (Cemga) était d’éviter une guerre civile, une rupture de discussions. C’est pourquoi il a accédé aux requêtes du général ».

Il a été demandé au général Diendéré d’assumer le putsch

Le colonel Naba Théodore Palé dit avoir participé à une réunion qui a eu lieu le 16 septembre 2015. Cette réunion a été convoquée par le général Diendéré juste après la prise d’otage des membres du gouvernement. Au cours de cette réunion, l’assistance en l’occurrence Monseigneur Paul Ouédraogo et l’ancien président Jean-Baptiste Ouédraogo ont demandé au général Diendéré de dire à ses hommes de libérer les otages. La réponse du général était que ses hommes n’étaient pas d’accord pour le faire. L’assistance a donc dit au général Diendéré d’assumer le putsch.

La déposition du témoin a suscité beaucoup de débats et de questionnements aussi bien de la part du parquet que des avocats des parties civiles.

L’audience a été suspendue et reprend vendredi 15 février 2019 à 09h.

Samira Guiré

Related posts

Leave a Comment