Procès du coup d’Etat : Journée spéciale Fatoumata Diawara alias « Fiancée Delta fils »

Ce 1er avril 2019 a marqué la fin de la diffusion des enregistrements téléphoniques dans le cadre du procès du coup d’Etat de septembre 2015. Toute la journée, un nom est revenu avec insistance : Fatoumata Thérèse Diawara, nommée « Fiancée Delta fils » dans les différents fichiers. Dans les écoutes diffusées, la compagne du fils du général Gilbert Diendéré au moment des faits, passe des coups de fil aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, galvanise les soldats du RSP à se battre, leur demande de sortir pour tirer sur les chars de l’armée, épie le présumé cerveau du coup.

A chaque jour son lot de révélations dans le cadre du procès du coup d’Etat de septembre 2015. Ce premier jour du mois d’avril a été pratiquement consacré aux interactions téléphoniques entre Fatoumata Thérèse Diawara et certaines personnes dont le colonel Bagayoko en Côte d’Ivoire, les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé, Ismaël Diendéré (son compagnon à l’époque), le caporal Saboué Massa et bien d’autres. Plus d’une vingtaine d’éléments audio ont été diffusés.

Dans l’une de ces pièces, l’on entend Fatoumata Thérèse Diawara (appelée « Fiancée Delta fils ») inciter les éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) à sortir du camp, au lieu d’y rester cantonnés. Elle suggère à son interlocuteur de ne pas attendre la CEDEAO qui devrait intervenir dans les négociations, mais de sortir pour créer la crise et tirer sur les chars de l’armée qui se dirigeraient vers le camp Naaba-Koom et surtout de ne pas remettre les armes.

L’un des contacts au sein du RSP était le caporal Saboué Massa, chauffeur du général Gilbert Diendéré qu’elle appelait régulièrement pour prendre des renseignements, connaître l’état d’esprit du présumé cerveau du coup d’Etat et l’ambiance au sein du camp. Dans l’une des conversations, le caporal demande à la jeune dame si les soutiens annoncés de l’extérieur viendront. « Ils ne vont pas venir si vous ne commencez pas », répond-elle.

Alors que le coup d’Etat tirait à sa fin avec l’arrestation de certaines personnalités, le général de gendarmerie Djibril Bassolé, au téléphone, fait savoir à Foutamata Diawara qu’il ne se laissera pas faire. Il promet de « faire éclater le feu » si quelqu’un ose s’attaquer à lui. Malgré tout, il est arraisonné à son domicile, alors qu’il tentait de prendre le mur. Informé, dame Diawara entre en contact avec les éléments du RSP et les incite à aller au camp Paspanga pour libérer « celui qui devrait les financer ».

« Certains étaient dans une dynamique de destruction. Ça aurait été un militaire qui parlait que ma frustration allait être moindre. Mais des gens qui ne sont même pas soldats de deuxième classe » qui donnent des ordres à des miliaires, a regretté le ministère public. Appelée à opiner sur ces éléments sonores, la réponse de l’accusée est restée la même : « Je n’ai rien à dire ».

La riposte par le Nord

Outre les communications de la « Fiancée Delta fils », d’autres audios ont été diffusés. Il s’agit par exemple d’une communication entre un certain Ilboudo et le capitaine Abdoulaye Dao. Au bout du fil, Ilboudo note que le RSP a fait une erreur dès le départ. Selon lui, il fallait mettre aux arrêts des personnalités comme le président du CNT, Sheriff Sy, et certains leaders d’OSC. Aussi, il note que le soutien populaire en faveur des putschistes est faible parce que ceux qui peuvent les soutenir ont les moyens, mais ont fui.

« Ils ont peur de mourir laisser leur argent », fait-il savoir au capitaine. Mais il propose des solutions pour renverser la tendance. Il suggère à l’officier de faire intervenir leurs hommes pour qu’ils prennent le Nord du pays. Le parquet a noté le mutisme du capitaine Abdoulaye Dao face à cette proposition, un silence qui s’apparente à une acceptation tacite, selon le ministère public.

Après l’audition des appels téléphoniques, un nouveau chapitre s’est ouvert dans la soirée. Celui des vidéos. Les premières ont concerné les manifestations de désapprobation du coup d’Etat à Ouahigouya, Dédougou, Fada N’Gourma. Il y a eu aussi les images montrant l’accueil des chefs d’Etat de la CEDEAO, la rencontre entre le président sénégalais Macky Sall et des éléments du RSP, et celui entre le président du CND et les secrétaires généraux des ministères. La suite des vidéos sera diffusée ce 2 avril 2019.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net 

Related posts

Leave a Comment