Prise en charge des enfants en situation de rue au Burkina : L’Allemagne offre des infrastructures

La ministre en charge de l’action humanitaire, Laurence Ilboudo et l’ambassadeur de la république fédérale d’Allemagne, Andreas Michael Pfaffernoschke, ont procédé à l’inauguration des infrastructures et équipements  réalisés par le Fonds Enfants et Jeunes avec le soutien financier de la Coopération Allemande à travers la KfW.  C’était ce lundi 29 novembre 2021 à Ouagadougou.

Dans le cadre de l’opération de retrait des enfants en situation de rue, le Fonds enfants et jeunes avec le soutien financier de la Coopération Allemande à travers la KfW ont réalisé des infrastructures et équipements au sein des centres d’éducation et de formation professionnelle de Ouagadougou et Gampèla.

Pour le Centre de Somgandé, il s’agit, entre autres, de la construction et l’équipement d’un dortoir de 100 places, un réfectoire de 200 places, la construction d’une buanderie, de deux blocs de latrine à 04 postes et  deux blocs de douche à 04 postes. Egalement des équipements complémentaires ont été apportés aux ateliers de formations que sont la menuiserie métallique, la menuiserie bois, la vannerie, la mécanique auto, la mécanique 2 roues et la couture.

Un dortoir de 100 places
Un dortoir de 100 places

Pour ce qui concerne le centre de Gampèla, il s’agit de la construction et l’équipement d’un dortoir de 100 places et d’un atelier d’électricité notamment l’équipement d’un atelier de mécanique-auto et la réalisation des travaux d’extension du réfectoire et son équipement. L’ensemble de ces réalisations a coûté plus de 248 millions de FCFA.

Lire également👉Burkina : La formule magique de la ministre de la femme pour le retrait des enfants de la rue

Le représentant des pensionnaires, Josué Nikiéma, a souligné que ces infrastructures ont amélioré leur quotidien. « Nous étions dans la rue. Aujourd’hui, nous sommes accueillis dans le Centre d’éducation et de formation professionnelle sans condition. Ici nous apprenons beaucoup de choses. Certains d’entre nous ont repris le chemin de l’école, d’autres sont dans des ateliers pour apprendre un métier tel que la menuiserie, la couture, l’électricité, la mécanique auto et moto », a-t-il relaté.

En effet, le gouvernement dans sa volonté de prendre en compte les groupes les plus défavorisés et marginalisés dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, a entrepris des actions ciblées. C’est dans ce cadre qu’une opération a été engagée en vue d’apporter une réponse au phénomène des enfants et jeunes en situation de rue.

La ministre et l'ensemble de l'équipe du centre de Somgandé
La ministre et l’ensemble de l’équipe du centre de Somgandé

La ministre en charge de l’action humanitaire, Laurence Ilboudo, a rappelé que le recensement des enfants et jeunes en situation de rue, effectué en décembre 2016 dans les 49 communes urbaines du Burkina Faso, a révélé un effectif de 9 313 enfants. 25% de cet effectif ont été rencontrées dans la seule ville de Ouagadougou.

« L’opération de retrait des enfants en situation de rue entamée depuis août 2018 a permis, à la date du 30 septembre 2021, de retirer 2793 enfants et 244 mères d’enfants essentiellement dans les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso », a-t-elle révélé.

Lire aussi👉Enfants et jeunes en situation de rue : Un phénomène qui compromet l’avenir des enfants

A l’écouter, dans le cadre du protocole mis en place, les centres servent de lieu d’accueil, d’observation et de stabilisation comportementale avant les autres actions de réinsertion telles que le retour en famille, le placement dans les structures spécialisées d’éducation ou de formation professionnelle, la scolarisation ou la rescolarisation.

En outre, les pensionnaires dans cette attente bénéficient d’une formation professionnelle initiale et d’une scolarisation. La ministre a fait savoir que ceux provenant des foyers coraniques reçoivent spécifiquement une éducation religieuse qui leur est dispensée grâce à la collaboration avec la Fédération des Associations Islamiques du Burkina Faso (FAIB).

La remise des clés des infrastructures
La remise des clés des infrastructures

« Les infrastructures, ça ne fait que réconforter notre position de dire que la protection des enfants doit rester une préoccupation commune à tous. Ces infrastructures, c’est une bouffée d’oxygène pour ces enfants. Cet accompagnement se fait sur la base du volontariat », a-t-elle souligné à l’issue de l’inauguration des infrastructures.

Cependant, elle a suggéré que le financement dudit projet puisse continuer afin que son intervention en faveur de l’enfant en difficulté soit renforcée et élargie à d’autres régions du Burkina Faso.

L’Ambassadeur de la République  Fédérale d’Allemagne, Andreas Michael Pfaffernoschke, a précisé que ces  infrastructures permettront d’offrir un environnement sain et stable à tous ces enfants en situation de rue. Pour lui, le droit de l’enfant, c’est de leur offrir des abris, de la nourriture et de l’éducation.

Jules César KABORE

Burkina 24

Related posts

Leave a Comment