PRESIDENTIELLE DE 2020 « Eddie Komboïgo peut faire un bon président »,: selon Bernard Tiraogo Kaboré

L’auteur du point de vue ci-dessous est formel. Face à la crise qui secoue le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ex-parti au pouvoir, « il apparaît clairement que seul Eddie Komboïgo que certains ne veulent pas voir même en peinture, est l’homme de la situation ». Lisez plutôt !

La crise au sein du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) prend des proportions inquiétantes si bien qu’un analyste politique a pu dire que le parti « va à la déroute ». En effet, depuis l’annonce de la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo (KDO), la tension monte, les esprits se chauffent et les passions se déchaînent. Il ressort même qu’au cours d’une réunion du Bureau exécutif national (BEN), les uns et les autres ont failli en venir aux mains. Autrement dit, l’argument de la force est en train de prendre le pas sur la force de l’argument. Ce qui n’augure pas de lendemains certains pour l’ex-parti au pouvoir qui, on le sait, avait beaucoup de chances de reconquérir le pouvoir d’Etat. Mais hélas, il est en train de compromettre ses chances. Et cela est le fait de certains cadres du parti, en l’occurrence Salia Sanou, Boureima Badini et Léonce Koné. Ce dernier a même pu affirmer dans une récente interview accordée à un grand média de la place qu’il serait encore très « prématuré d’affirmer que KDO s’affiche en indépendant ».

C’est à n’y rien comprendre puisque KDO lui-même, dans son discours prononcé à Bobo-Dioulasso, a clairement laissé entendre qu’il irait à la présidentielle de 2020 en indépendant. On ne voit donc pas comment il pourrait être encore candidat du CDP. Car en annonçant une candidature indépendante, il s’est auto-exclu du parti. Il en est de même pour les hauts cadres dudit parti qui ne font pas mystère de leur soutien à l’ex-Premier ministre, tant leur démarche frise l’indiscipline. Car, on ne peut pas militer dans un parti et exprimer son soutien à un candidat qui n’est pas investi par le parti en question. En tout cas, c’est clair, ce serait irresponsable pour KDO de revenir un jour chercher à se faire investir par le CDP qui, on le sait, ouvrira bientôt la session de dépôt de candidatures à la présidentielle de 2020. Ce serait l’occasion pour tous ceux qui aspirent à briguer la magistrature suprême, de faire valoir leurs ambitions. Avis donc aux cadres du CDP.

D’ores et déjà, certains noms circulent. Il s’agit de Juliette Bonkoungou, Mélégué Traoré, Eddie Komboïgo et on en oublie. Mais cela n’a encore rien d’officiel. On attend de voir. On en saura davantage le moment venu mais pour le moment, le parti est en train de s’organiser. Pour le moins, le G33 créé au lendemain du dernier congrès du CDP risque de se mordre les doigts puisqu’il vole de désillusions en désillusions. A preuve, la mobilisation qu’il appelait de tous ses vœux à l’occasion de l’anniversaire de Blaise Compaoré à Ziniaré, a été un véritable flop. En effet, il ressort que ceux qui se prévalent du soutien de l’ex-président, ont été désillusionnés. Et comme si cela ne suffisait pas, ils avaient appelé à une forte mobilisation le 16 février dernier à Bobo-Dioulasso, à l’occasion de l’annonce de la candidature de leur mentor. Là aussi, la désillusion aura été à son comble puisqu’il ressort que la plupart de ceux qui avaient répondu à l’appel étaient des élèves que l’on a dû soudoyer et qui ont rompu les rangs avant même la fin de la cérémonie. Mais le comble des combles, c’est le fait que KDO s’est refusé toute allusion au CDP et à Blaise Compaoré alors même que certains militants arboraient les insignes du parti. De tout ce qui précède, il apparaît clairement que seul Eddie Komboïgo que certains ne veulent pas voir même en peinture, est l’homme de la situation.

Loin d’en faire un homme providentiel, Eddie, comme l’appellent les intimes, quoi que l’on puisse dire de lui, a la légalité avec lui et a aussi l’avantage d’être à l’écoute des jeunes, contrairement aux autres vieux briscards du parti. En plus d’avoir les moyens de sa politique, Eddie dispose d’un carnet d’adresses bien fourni ; et c’est ce dont a besoin le CDP, par ces temps devenus difficiles. En tout cas, personne n’est né président, on le devient.  Donc, Eddie peut faire un bon président. On se rappelle encore la démarche peu rassurante et les balbutiements de Blaise Compaoré au début de sa prise du pouvoir. Mais avec le temps, l’homme s’est bonifié. C’est dire qu’Eddie aussi, peut surmonter les clichés qui lui collent à la peau et surpendre agréablement.

Bernard Tiraogo KABORE

Le Pays

Related posts

Leave a Comment