Présidentielle 2020 : Yacouba Zida est « l’homme de la situation et nous nous engageons à lui assurer la victoire », clame le mouvement CAR

Le mouvement Citoyen africain pour la renaissance (CAR) a tenu son deuxième congrès ordinaire, le samedi 28 septembre 2019 à Ouagadougou, et a vu la mise en place d’un nouveau bureau. Les militants réclament le retour de l’ancien premier ministre Yacouba Zida pour la conquête du pouvoir en 2020.

« Face à la chienlit dans la gestion du pouvoir, restons mobilisés pour un changement véritable ». C’est sous ce thème que le mouvement Citoyen africain pour la renaissance (CAR) a tenu son deuxième congrès ordinaire.

Sur les plans scolaire, sanitaire, social et sécuritaire, c’est un tableau noir du Burkina que le secrétaire général du CAR, Gilbert Bamogo, a dépeint. Qualifiant la gestion du pouvoir actuellement de « hasardeuse », il a demandé au président du Faso, Roch Kaboré, « d’œuvrer illico à l’ouverture d’un dialogue inclusif avec toutes les composantes de la société ».

Mamoudou Diallo (au micro), le coordonnateur du CAR

Et au regard de « la situation nationale qui se dégrade de jour en jour », le CAR a pris une motion pour le retour et la candidature de l’ancien premier ministre (sous la transition) Yacouba Isaac Zida. « Il est, pour nous et à bien des égards, l’homme de la situation et nous nous engageons à lui assurer la victoire en 2020 pour que sonne l’heure du véritable changement tant espéré », dira Mamoudou Diallo, le coordonnateur du CAR.

Une salle pleine, le congrès a pris le rythme d’un meeting

Un nouveau bureau, de nouvelles orientations

Un nouveau bureau exécutif du CAR a été installé à l’issue de ce congrès. Désormais, c’est Mamoudou Diallo qui prend les rênes du mouvement.

Ce bureau s’engage à mobiliser la jeunesse pour une participation active au renforcement de la démocratie et des valeurs républicaines au Burkina Faso. Les responsables vont également « renforcer la lutte contre la domination impérialiste et néocoloniale à travers des actions contre le franc CFA, les bases militaires en Afrique en général et au Burkina précisément », a indiqué Aboubacar Coulibaly, membre du bureau du CAR.

Hervé Ouattara, le président sortant du CAR, invite les membres du mouvement à travailler dans la vérité

Dans son adresse au bureau entrant, le président sortant, Hervé Ouattara, a souhaité que la vérité soit leur combat. « Faites juste des choses afin que la vérité triomphe toujours », a-t-il recommandé, lui qui, serait victime d’ accusations tous azimuts durant ses moments de lutte au sein de ce mouvement. Ainsi, il a tenu à exprimer sa reconnaissance à une personne qui l’a beaucoup aidé. « Cela ne doit pas vous surprendre. Il y a une personne qui a assez contribué et qui continue de contribuer dans la formation de ma personne et de ma personnalité. Permettez-moi, chers congressistes, de remercier du haut de cette tribune, le général Yacouba Isaac Zida », a-t-il témoigné.

Gilbert Bamogo (au micro), le secrétaire général du CAR

Hervé Ouattara sort, mais il détient toujours son titre de « Président du CAR ». En effet, Gilbert Bamogo a fait savoir que le titre de président est « sacré » au sein de leur mouvement. C’est pourquoi, le nouveau premier responsable du CAR est appelé « coordonnateur ».

Un autre avantage. Hervé Ouattara est désormais le président d’honneur du CAR. Ce congrès lui a permis d’exprimer officiellement sa conviction politique sous la bannière du Mouvement patriotique pour le salut (MPS) dont Yacouba Zida est le président d’honneur.

LeFaso.net

Related posts

Leave a Comment