Politique : « l’Etat burkinabè n’a jamais été aussi impuissant que sous le régime du MPP » (CFOP)

L’opposition politique s’est exprimée ce 12 mai 2020 sur les dernières décisions du gouvernement allégeant les restrictions relatives au Covid-19, la réouverture des classes et la reprise de l’enrôlement des électeurs par la CENI. L’opposition politique réclame justice pour l’ensemble des citoyens massacrés.

Pour le CFOP, « l’Etat burkinabè n’a jamais été aussi impuissant que sous le régime du MPP ». L’opposition dénonce le fait que ce soit les citoyens qui, imposent leur volonté en tirant le gouvernement selon leur bon vouloir, par la rue, les réseaux sociaux et les émissions interactives.

L’opposition politique qualifie de manque de sérieux, le fait que le cachet de la présidence se retrouve sur le décret du 30 avril 2020 alors que cela aurait dû être pour le premier ministre.

Le président de l’Autre Burkina/ Parti pour le Socialisme et la Refondation, Alain Zoubga reste convaincus que les contre-vérités du gouvernement et les manipulations qui entourent la gestion de la pandémie ont conduit la population à ne pas croire à l’existence de la maladie. Ce qui peut conduire à une négligence des gestes barrières pouvant faire resurgir la maladie.

L’opposition politique trouve que le report de l’activité pédagogique cache l’incapacité du pouvoir MPP à négocier une trêve avec les partenaires sociaux et une désorganisation au sommet d l’Etat. La reprise des classes d’examen qui se fera en juin, n’est pas bien pensée selon elle parce que de nombreux villages et communes sont enclavés pendant l’hivernage, en plus du fait que plusieurs zones sont confrontées à l’insécurité.

Alain Zoubga indique que les cours à distance sont inadaptés parce qu’ils excluent l’écrasante majorité des enfants qui n’ont pas accès à internet et à la télévision et à la radio.

Pour ne pas aller vers une année blanche, l’opposition politique demande au gouvernement, de permettre aux classes intermédiaires de calculer leur moyenne à travers les deux trimestres. De réparer les injustices commises (coupures, suspensions de salaires) sur le personnel de l’éducation. Elle demande aussi d’annuler la mesure d’extension de l’IUTS décidée par le gouvernement, de renouer le dialogue avec les syndicats de l’Education. Il faut aussi aux dires de l’opposition impliquer tous les parents d’élèves dans la recherche de solutions.

L’opposition politique se réjouit de la reprise de l’enrôlement des électeurs. Mais, elle note des difficultés dans certaines communes comme la défection des machines et des problèmes de sécurité qui perturbent le processus d’enrôlement.

Nafisiatou Vebama

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment