Politique : Le pasteur Claver Yaméogo prêche l’unité nationale avec le MRP

Le révérend Mc Claver Yaméogo a présenté, ce samedi 13 juillet 2019 à Ouagadougou, le dernier né des partis politiques au Burkina Faso, le Mouvement pour le rassemblement patriotique (MRP). D’obédience patriotique, ce parti compte se présenter aux élections législatives en attendant d’apporter son soutien à une candidature au palais de Kosyam.

De l’église protestante à la politique, Claver Yaméogo vient de marquer un pas avec la création du Mouvement pour le rassemblement patriotique (MRP). Ce fils du premier président de la Haute-Volta, Maurice Yaméogo, a préféré créer son propre parti au lieu de rejoindre ses frères aînés, Hermann et Salvador Yaméogo. « Est-ce que c’est toujours bon que les gens d’une même famille se mettent en politique ? », s’est-il interrogé, avant de répondre que des distensions pourraient survenir. Par cette réponse, Claver Yaméogo a surtout exprimé ses ambitions de voir les jeunes rayonner sur la scène politique.

Le MRP a pour objectif de rassembler les Burkinabè dans toute leur diversité sans distinction de sexe, d’origine et de religion, a expliqué le porte-parole du parti, Ahmed Zida, à cette conférence de presse. Aligné dernière une « idéologie patriotique tirée des doctrines saintes de la parole de Dieu, le MRP entend aussi aider, enseigner, donner à manger et soigner les pauvres, les veuves et les orphelins », a poursuivi son président Claver Yaméogo.

À la question des journalistes de connaître les motivations du passage d’homme de Dieu à homme politique, M. Yaméogo a rappelé que la Constitution burkinabè permet à tous les citoyens de s’impliquer dans la gestion de la cité. Et à travers le parti politique, il voit des passerelles pour aller à des postes de décisions.

En homme d’église, il estime que sa foi en Dieu peut servir à redresser les choses. 
À l’orée des échéances électorales, le nouveau parti affiche ses intentions de participer aux élections législatives afin de pouvoir intervenir dans l’adoption des lois. Même si, pour l’heure, il ne se prononce pas ouvertement sur sa candidature à l’élection présidentielle, Claver Yaméogo annonce qu’il pourrait nouer des alliances avec des candidats proches de son idéologie.

Les membres du mouvement à cette conférence de presse

Face à la situation nationale marquée par la fronde sociale, le parti estime que les méthodes de lutte sociale sont handicapantes pour l’économie. D’autant plus que ces formes de lutte ont tendance à mettre en difficulté le secteur privé, moteur de l’économie burkinabè. Le président du MRP estime que les responsabilités sont partagées entre les partenaires sociaux et le gouvernement. Il les appelle donc au dialogue pour éviter les répercussions de ces revendications sur les familles.

Et cette unité…

Pour le révérend pasteur, « on n’a pas besoin d’avoir 1 000 partis pour s’exprimer. » Il pense plutôt que les conflits de générations dans certains partis sont souvent à l’origine de la multiplicité des officines politiques. Prenant l’exemple du passage de la Bible où les hommes se sont unis pour construire la tour de Babel (la seule fois où les hommes ont fait trembler Dieu), le pasteur a axé sa première sortie médiatique sur l’appel à l’union. Car, a-t-il prêché, si les hommes sont unis, ni la guerre, ni la famine ne surviendront.

Le MRP a été créé le 19 janvier 2019 et a obtenu une reconnaissance administrative en avril dernier. Il rassemble aussi bien des jeunes que des personnes âgées.
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment