Politique : Le « massacre » de Barga est la conséquence de Yirgou selon l’opposition

Carlos Toé, président du parti le Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR), et Amadou Diemdoda Dicko, de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), ont animé le traditionnel point de presse hebdomadaire de l’opposition politique ce 10 mars 2020. Parmi les points à l’ordre du jour, il y a le récent « massacre » de Barga, les deux cas de coronavirus détectés et la marche meeting des syndicats contre l’IUTS.

La nouvelle a rappelé de mauvais de souvenirs. Le week-end dernier, 43 civils ont été tués Dans la commune de Barga dans le Yatenga, par des hommes armés non identifiés selon le gouvernement. Pourtant dans la presse locale, les victimes sont identifiées comme des peulhs, et les auteurs des hommes du groupe d’auto défense Kogolweogo.

Pour l’opposition, ce nouveau drame est la conséquence « du mauvais traitement de l’affaire Yirgou par le pouvoir Roch Kaboré ».

« Le gouvernement est coupable d’avoir laissé faire, d’avoir assuré l’impunité des différents auteurs, et d’avoir abandonné les populations aux mains de terroristes » a souligné Carlos Toé, du MCR.

Le 07 mars dernier, des coalitions de syndicats ont marché contre l‘extension de l’impôt unique sur les traitements et salaires aux primes et indemnités des fonctionnaires. Mouvement « juste et légitime » selon l’opposition, qui ne comprend pas « l’acharnement » gouvernement à poursuivre dans l’application de sa décision d’étendre l’impôt.

« Nous demandons sa suspension parce qu’elle est déjà inscrite dans la loi des finances 2020. Mais nous nous posons la question de savoir à quoi va servir cet impôt. Quelle sera sa destination ? Pourquoi malgré que ça ne passe pas, le gouvernement s’entête ? Cela veut dire qu’il y a un deal. Et nous allons creuser pour voir ce qu’il y a derrière le rideau» a déclaré Diemdoda Dicko.

L’un des autres sujets de la conférence était le Covid19. Deux cas positifs de coronavirus ont été détectés au Burkina Faso selon le ministère de la santé. En ces temps où la désinformation bat son plein, l’opposition demande aux autorités de démarrer une vaste campagne  de sensibilisation.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment