Politique/Burkina : Critiquer ouvertement et non derrière un profil Facebook

Le parti de l’Alliance des Jeunes pour l’indépendance et la république (AJIR) face à la presse ce mercredi, se dit optimiste sur l’évolution politique, sécuritaire, économique et sanitaire du Burkina Faso, malgré les difficultés. L’AJIR, regrette toutefois que les jeunes burkinabé passent leur temps aux critiques sur les réseaux sociaux.

« Notre pays a basculé dans un climat explosif ; la tension est à son comble. Profitant des libertés consacrées par notre loi fondamentale, des individus, sous des dehors honnêtes, s’attaquent vertement aux symboles de l’Etat et à ceux qui l’incarnent. Ce n’est pas pour dédouaner qui que ce soit, mais c’est bien inquiétant, car je crois que les critiques manquent de tact et de diplomatie, quant aux canaux à exploiter pour se faire entendre sérieusement. Un regard sur les réseaux sociaux en dit long », a déclaré Aboubakar Gansore.

Selon ce dernier les critiques sur les réseaux sociaux sont « une débauche stérile et vile d’énergie, tant l’ennemi commun » parce que depuis 2015, l’ennemie du Bukrina est le terrorisme.

« Nous demandons aux jeunes de s’afficher , de donner ouvertement leurs opinions au lieu de se cacher derrière des comptes Facebook pour critiquer  » a t’il poursuivi.

Et  « alors que nous focalisions notre énergie, notre détermination dans la lutte contre le phénomène du terrorisme, nous recevions frontalement une attaque virale, celle du Covid-19 ».

La gestion de la maladie  par les autorités a connu quelques manquements. « En vérité, selon les  témoignages qui ont fusé, on aurait pu faire l’économie de certains morts. Car malheureusement,  certains cadres, chargés de gérer la crise, ont failli à leurs obligations ;  plombant les efforts du gouvernement burkinabè et du président du Faso » regrette le parti.

Mais celui-ci se réjoui, au regard de l’évolution relativement positive de la pandémie, de la reprise progressive de certaines activités, notamment le processus électoral.

AJIR appelle par ailleurs  les populations à « se départir des discours clivant et divisionnistes pour construire l’Etat-nation de nos rêves  ; à cultiver un esprit de solidarité pour garantir un développement harmonieux du pays ; et à protéger les  personnes vulnérables dans les zones marquées par les activités terroristes ».

Du reste, actualité oblige, le parti réitère son « hostilité à toutes formes de violence d’où qu’elles viennent » selon Aboubakar Gansore, sur la question des 12 civils morts à Tanwalboulgou.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment