Passage des médias publics en sociétés d’Etat: Le SYNATIC menace, « les travailleurs ont été assez patients »

DÉCLARATION LIMINAIRE

Chères consœurs, chers confères, merci d’avoir répondu à notre invitation.

Au moment d’entamer cette conférence de presse, le Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC) voudrait marquer sa solidarité avec tous les syndicats en lutte. Nous voudrions aussi nous souvenir de toutes les victimes des attaques terroristes. En leur mémoire, nous demandons d’observer une minute de silence.

Chères consœurs, chers confères !

L’objet de ce point de presse porte sur l’étape actuelle de la mise en œuvre du protocole d’accord signé le 29 décembre 2016 avec le Gouvernement.

Après plus de deux longues années d’attente marquées par le processus interminable des études techniques préalables au passage des médias publics du statut d’Etablissement public de l’Etat (EPE) à celui de Société d’Etat (SE), les travailleurs des médias publics n’ont toujours pas bénéficié de ce nouveau statut. Rien ne peut justifier une telle léthargie si ce n’est le manque de volonté manifeste du Gouvernement de ne pas mettre en œuvre ce point clé du protocole d’accord qui est avant tout son propre engagement.

Alors que la Commission mixte interministérielle chargée du suivi du processus, a finalisé et déposé les rapports d’étude et les projets de rapports pour le Conseil des Ministres depuis février 2019, il nous est difficile de comprendre à ce jour la non adoption des décrets d’application en vue de l’opérationnalisation du passage des Editions Sidwaya et de la RTB au statut de Société d’Etat.

Lors d’une audience accordée au Bureau National SYNATIC, à notre demande le 2 avril 2019, le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du Gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou, s’engageait pour l’enrôlement et l’examen du dossier par le Conseil des ministres en fin avril-début mai 2019 au plus tard ! Nous tenons à rappeler au Gouvernement cet engagement et lui signifier que rien ne saurait justifier sa non-tenue, tant les travailleurs des médias publics sont à bout de patience.

Le retard dans l’opérationnalisation du statut de Société d’Etat pénalise incontestablement le peuple burkinabè dans son droit à l’information. Parlant de Société d’Etat, il ne s’agit pas que de salaires et d’indemnités pour les travailleurs. La Société d’Etat doit consacrer l’indépendance éditoriale des médias publics et résoudre les questions d’équipements et de moyens de fonctionnement.

Chères consœurs, chers confères !

Le SYNATIC tient à souligner que l’alternative du statut de Société d’Etat a été une proposition du Gouvernement en réponse à la revendication de statut autonome exigé par les travailleurs depuis 1997. Le statut de Société d’Etat a été acté par les lois sur la presse adoptées en 2015 comme solution à la revendication du SYNATIC en vue de résoudre une bonne fois les problèmes récurrents que connaissent les médias publics depuis des années : dotation en équipements adéquats, amélioration conséquente des conditions de vie et de travail, efficacité dans l’atteinte de leur mission de service public…

Chères consœurs, chers confères !

Nous prenons l’opinion nationale à témoin de ce que, les travailleurs des médias publics ont été assez patients (plus de deux ans) et sont déterminés à se battre pour la satisfaction totale et entière de leurs revendications.

Le Bureau National lance un appel à toutes les travailleuses et travailleurs des médias publics à rester mobilisés et à l’écoute de tout mot d’ordre que la situation exigerait.

Pain et Liberté pour le Peuple !
N’an laara, An saara !

Ouagadougou, le 6 mai 2019

Pour le Bureau National
Le Secrétaire Général
Siriki DRAME

Related posts

Leave a Comment