Paris: les nouvelles de Djibrill Bassolé et le «merci» au président Kaboré

Par le biais de cet écrit Jacques Batieno, professeur de philosophie, remercie le président burkinabè Roch Kaboré, d’avoir permis au général Djibrill Bassolé, atteint d’un cancer qui le rongeait depuis la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA), où il était incarcéré à la suite du coup d’Etat manqué de 2015, et d’où il est parti en France pour y bénéficier de soins appropriés à son mal.

Par analogie à la formule pascalienne, on peut affirmer que la politique a ses raisons que la politique ne connait point. Si cette opinion trouve des occasions d’être vérifiée dans certaines situations, la question suivante se pose toujours: sommes-nous dupes à ce point pour ne considérer la politique que sous ce prisme? Je n’en suis pas certain, car pour peu que l’on s’intéresse à la politique ou que l’on est directement concerné par celle-ci, on sait que les actes posés en la matière sont bien calculés, s’inscrivant dans une stratégie propre à la raison politique. Rien n’échappe donc à la politique qui est un domaine qui brille par sa complexité, une complexité liée à son machiavélisme, les jeux de pouvoir et la raison d’Etat qui la constituent. Aussi, pourrait-on interpréter l’acte posé par le pouvoir en place au Burkina Faso vis-à-vis du Général Djibrill BASSOLE sans doute comme un acte politique. Pour ma part, je considère ce geste comme un geste de pure humanité. Aussi, l’honnêteté intellectuelle dont je me réclame m’impose de reconnaître cette vérité, que le président KABORE a posé un geste fort qui lui fait honneur.

En effet, je fais partie de ceux qui ont toujours reproché à l’Etat burkinabè de faire obstruction à la possibilité pour monsieur BASSOLE de sortir du pays afin d’obtenir des soins appropriés à sa pathologie. J’avais aussi, dans un papier publié en juin 2019, émis des réserves par rapport au communiqué du gouvernement publié lors de son évacuation en Tunisie concluant que «cette évacuation participe de la volonté du gouvernement de veiller au respect des droits des personnes accusées et de s’assurer que les conditions sont réunies afin que chaque accusé puisse répondre de ses actes et participer ainsi à la pleine et entière manifestation de la vérité». Aujourd’hui, je dois reconnaître que l’on est passé de la parole à l’acte. C’est pourquoi je voudrais exprimer, ici, toute ma reconnaissance au président KABORE et lui dire un grand merci.

Je puis aussi assurer que la famille de monsieur BASSOLE se trouve actuellement dans les mêmes dispositions d’esprit que moi, sachant gré au président KABORE de son immense bonté. Elle n’a ni animosité, ni rancœur, souhaitant tout simplement que ce geste d’humanité soit une porte ouverte vers des moments de cordialité et de sentiments encore meilleurs. Grâce à ce geste de générosité du président KABORE, monsieur BASSOLE est désormais entre de bonnes mains pour prendre soin de sa santé, et pour le reste, seul le Tout Puissant en décidera.

Monsieur BASSOLE lui-même, lorsque l’on échange avec lui, au-delà de sa santé qui est pour lui une source d’inquiétude majeure, reste très soucieux des difficultés importantes que vit le pays aujourd’hui. Rapportant textuellement ses propos, je puis écrire: «Je ne suis ni l’ennemi de personne, ni un danger ou une menace pour personne, et loin de moi l’idée de me mettre en travers des projets politiques de quiconque. Deux choses m’importent aujourd’hui. D’une part me faire soigner afin de recouvrer la santé, et à cet égard je suis très reconnaissant envers le président KABORE d’avoir favorisé mon évacuation en France. D’autre part je suis très préoccupé par la situation d’insécurité qui sévit dans mon pays, et je pense au plus profond de moi qu’il faut unir nos forces, toutes nos forces pour faire face à cette négation de notre cohésion sociale, de notre démocratie et de notre Etat. Aussi, mon vœu le plus cher est-il de pouvoir apporter ma part de force et ma contribution dans cette bataille qui nous concerne tous. C’est dire que je reste disponible et ouvert à toute sollicitation de la part du président KABORE, s’il le juge nécessaire et opportun ».

Par conséquent, que l’on me permette d’insister encore pour dire que parmi les priorités de monsieur BASSOLE, il y a le désir presque viscéral d’apporter son expertise et son savoir-faire pour sortir le pays de l’ornière du terrorisme. Il n’attend donc que cela, que les autorités du Burkina Faso le sollicitent. Personne, en effet, ne peut se réjouir de ce qui arrive à notre cher pays, et Djibrill BASSOLE le premier. C’est une situation qu’il déplore au plus haut point, et il saisira toute opportunité qui lui sera donnée pour apporter sa part afin de trouver une solution permettant aux filles et fils du Burkina Faso de retrouver leur quiétude d’antan. Il l’a dit à plusieurs reprises, l’heure n’est ni à l’affrontement, ni aux invectives, mais à la bienveillance, au rapprochement et à la solidarité.

Tel est le véritable état d’esprit de monsieur BASSOLE, que je ne pouvais garder pour moi, compte tenu de la situation. Tout le reste n’est que fadaises, instrumentalisation habile du malheur de quelqu’un par d’aucun à des fins personnelles, opportunisme machiavélique afin de dénigrer un homme aux yeux de l’opinion publique et de saper son image auprès du président KABORE lui-même en lui créant des ennemis ou des dangers chimériques afin de susciter chez lui une animosité et une peur dépourvues de sens.

Pour conclure, je dirai que la politique a, pour ainsi dire, sa logique que la politique n’ignore point. Les amis d’hier sont les ennemis d’aujourd’hui qui sont encore les amis de demain. Qui aurait cru à l’alliance Roch, Salif et Simon? (j’en sais quelque chose, étant présent au congrès du CDP de 2009). Mariage contre nature disaient certains, lorsque l’alliance s’est faite entre les trois pour créer le MPP. Telle est la loi de la politique. A bon entendeur, salut!

Paris le 9 février 2020

Jacques BATIENO, professeur de philosophie

Related posts

Leave a Comment