Ouagadougou : un meeting pro Blaise empêché par la police nationale

La police nationale a empêché le samedi 08 aout à Ouagadougou, un meeting favorable au retour des « exilés politiques » dont l’ex président Blaise Compaoré, en Côte d’Ivoire depuis sa chute en octobre 2014.

Selon le coordonnateur du Mouvement Action Concorde (MAC), Lassina Ouédraogo qui a finalement transformé le meeting en conférence de presse dans un hôtel de la place, cette interdiction les « galvanise pour continuer à demander le retour de l’ex-président Blaise Compaoré au plus tard le 30 septembre prochain ».

Un empêchement qu’il dit ne pas comprendre car le MAC a pris le soin d’informer les autorités municipales et la police nationale de la tenue de l’activité qui pour lui, ont donné leur accord à sa tenue.

« Nous avons entrepris les procédures normales. La mairie a donné un avis favorable. Nous avons versé la somme de 250 000 FCFA pour la commune », a-t-il affirmé.

D’après Lassina Ouédraogo, la police a été aussi sollicitée pour sécuriser la manifestation et elle répondu favorablement en envoyant un policier pour évaluer le nombre d’éléments que nécessite la sécurisation de la zone.

« On attendait plus de 1000 participants issus de plusieurs localités du pays. La police devrait faire venir 26 hommes et la facture devrait être réglée le jour du meeting », a-t-il soutenu.

D’après Lassina Ouédraogo, leur meeting se voulait apolitique et aucun parti politique n’a été approché pour l’organisation.  « C’est parce que la réconciliation nationale n’est pas encore une réalité que des jeunes se sont engagés dans un mouvement pacifique pour faire de cette initiative leur cheval de bataille », a-t-il signifié.

Armella Kibtongo (Stagiaire)

Avec AIB

Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment