Ouagadougou 2050 : Un projet pour rendre la capitale burkinabè plus attractive

« Ouagadougou 2050, vivre le quotidien à l’échelle du grand territoire », c’est l’objet du premier atelier international d’urbanisme de Ouagadougou ouvert depuis le 1er mars 2019 à l’hôtel de ville. Ce 5 mars 2019, le ministre de l’Urbanisme et de l’habitat, Maurice Dieudonné Bonanet, a officiellement lancé les travaux de cette rencontre qui devront permettre de produire un document de planification et de restructuration de la capitale burkinabè. Cette rencontre entre architectes, urbanistes et populations s’articule autour d’une vision pour rendre la ville de Ouagadougou plus attractive à l’horizon 2050.

En 2050, la population de la ville de Ouagadougou sera d’environ dix millions d’habitants. Et il n’y aura pas de différence entre les quartiers environnants et le centre-ville de la capitale burkinabè. Ainsi, les experts qui prennent part à cet atelier de maîtrise d’œuvre urbaine se sont donné pour mission de trouver à la capitale une documentation structurée pour son devenir à cette échéance.

participants prêts à apporter leur contribution

C’est un projet qui vise, à terme, à donner une nouvelle image des quartiers de la ville. Cette étude prospective sur le devenir de Ouagadougou en 2050, voit le développement des villes comme une opportunité de création d’emplois et de cadres où il fait bon vivre.

Conscient qu’une ville ne peut se construire sur une durée de cinq ou dix années, Maurice Dieudonné Bonanet appelle à « l’implication de l’ensemble des acteurs dans la construction de cette vision qui va décliner les futurs projets de la capitale burkinabè ». Car il ne suffit pas d’avoir des planifications, il faut aussi des acteurs prêts à les mettre en œuvre.

Quelques participants

Faire de Tanghin un quartier émergent

Tanghin est situé à environ 2 km du centre-ville. L’accès y est le plus souvent difficile à cause des infrastructures routières inadaptées. L’un des projets majeurs de cet atelier est de réfléchir à la construction d’un quartier émergent. Les réflexions porteront à cet effet sur la restructuration du quartier Tanghin, qui fait face au barrage.

Il s’agit de la métropolisation de la ville de Ouagadougou par une restructuration du « Grand Nord », zone d’extension de Tanghin, autour de nouvelles centralités urbaines et écologiques. Pour le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, le projet prévoit le prolongement de l’avenue Kwamé N’Nkrumah jusqu’à Tanghin. « Il est déjà validé et le projet du troisième pont est réel », a-t-il annoncé.

Face à la prolifération des activités marchandes dans les rues de la ville, le ministre Bonanet a évoqué l’importance d’harmoniser l’implantation des différents aspects pour faciliter les fonctionnalités de la ville et régulariser la mobilité urbaine. Toute chose qui devrait réglementer l’accès aux différents services. Ce projet devrait permettre aux citoyens, de plus en plus nombreux, de pouvoir mieux vivre ensemble.

Mariam Ouédraogo (stagiaire)
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment