Organisation des élections : Elysée Ouédraogo et ses 15 commissaires se déportent au CFOP

Élus le 29 juillet dernier, le nouveau Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Élysée Ouédraogo et ses 15 commissaires, continuent la ronde des institutions politiques pour se faire connaitre. Ce vendredi 10 septembre 2021, la nouvelle équipe a été reçue en audience au siège par le Chef de file de l’opposition politique burkinabè, Eddie Komboïgo.

« Nous sommes venus pour présenter l’ensemble de la nouvelle équipe de la CENI récemment élue et qui ont pris fonction. Nous avons voulu qu’ils fassent connaissance avec tout le monde et dans un second temps, recueillir les conseils et suggestions sur la manière dont nous devrions exercer nos fonctions », a ainsi situé l’objet de la visite, le président Élysée Ouédraogo. N’ignorant pas le rôle majeur que joue l’opposition dans la bonne tenue des élections, il a ajouté que c’était de son devoir de clarifier certaines choses : « Comme vous le savez, l’opposition politique est un acteur majeur de la vie politique et ses composants font partir de la compétition électorale. Nous, nous sommes en charge d’organiser cette compétition et c’est une partie importante avec laquelle nous devrons travailler pendant tout le processus électoral. C’est important pour nous de leur expliquer ce que nous faisons et d’entendre aussi ce qu’ils attendent de nous . Il nous a appelé à prendre conscience du rôle important de notre institution et à travailler ensemble dans un esprit de cohésion et plus de professionnalisme dans le respect des règles pour qu’évidemment à la fin des élections les résultats puissent être acceptés par tous ».

Appréciant la démarche de la nouvelle équipe de la CENI, le CFOP, Eddie Komboïgo, s’est réjoui de la visite du jour. Toutefois, il a tenu à attirer l’attention des responsables de la CENI sur le rôle qui est le leur dans l’apaisement social.

« Vous avez vu que partout là où il y a des crises socio-politiques, il y a toujours les élections qui sont au cœur des mésententes. Lorsqu’on organise des élections dont le processus est transparent et que l’on donne les résultats des urnes, il n’y a pas de raison que ceux qui ont perdu n’aillent pas féliciter celui qui a gagné. Nous devons travailler dans ce sens, œuvré à la consolidation de la paix au Burkina Faso et que les conflits ne viennent pas des élections », a indiqué le numéro 1 de l’opposition au Burkina, invitant la team CENI à l’application et le respect des textes, car « nous sommes engagés à les accompagner pour que leur mission soit un succès ».

Halima K

Related posts

Leave a Comment