Observation et monitoring des élections 2020 au Burkina : Le quartier général de la CODEL est fin prêt pour traiter les informations en temps réel

La convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) était face à la presse ce samedi 21 novembre 2020 à Ouagadougou. L’objectif de cette sortie à la veille des élections couplées 2020 qui se tiennent ce 22 novembre au Burkina Faso, a été de présenter à l’opinion publique le quartier général (QG) établi à cet effet pour traiter en temps réel les informations qui seront remontées par les 3800 observateurs déployés sur le terrain.

Recueillir et analyser les informations qui seront remontées par l’ensemble des 3800 observateurs et moniteurs déployés sur le terrain afin d’apporter des réponses adéquates via l’alerte des autorités électorales. C’est l’objectif assigné à ce quartier général (QG) de la convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) qui a été installé à Ouagadougou dont la présentation a été faite à la presse ce samedi 21 novembre dans le cadre des élections couplées 2020 au Burkina.

Présidium de la conférence de presse de présentation du quartier général de la CODEL pour les élections 2020

Ce QG mis en place du 19 au 24 novembre 2020 est composé de deux salles. C’est-à-dire, une salle technique et une décision qui, selon la secrétaire exécutive, Lydia Zango, serviront à réagir en temps réel aux dysfonctionnements et incidents rapportés par les observateurs sur le terrain à travers le site : www.burkinavotes.org et sur les réseaux sociaux #burkinavote2020, a-t-elle fait savoir.

Une vue du quartier général

Le QG aura en général pour mission d’assurer le monitoring des élections du 22 novembre. Toutefois, celle-ci a précisé que ce dispositif n’a pas vocation à effectuer un comptage parallèle des votes, mais à recenser en temps réel les éventuels incidents et dysfonctionnements dans le but de contribuer à les corriger en vue d’améliorer la qualité des scrutins.

Une vue des participants à la présentation du QG

La CODEL ne publiera pas de résultats avant la CENI

Par ailleurs, l’ensemble de ce dispositif d’observation et du monitoring mis en œuvre par la CODEL pour ces élections couplées 2020 est composé d’un paquet d’activités à mener, a expliqué sa secrétaire exécutive. Il s’agit, entre autres, d’un accompagnement technique de la CODEL pour des élections apaisées et crédibles dans le pays, du renforcement des capacités et de déploiement stratégique de 500 membres de ladite structure en observation électorale dans toutes les provinces sécurisées du territoire et du déploiement des 3300 observateurs classiques sur l’ensemble du territoire excepté les zones dites « rouge ». A cela s’ajoute la formation d’une équipe de veille et d’analyse de 25 membres et de 5 superviseurs pour l’exploitation des données relatives à l’ouverture, le déroulement et la clôture du scrutin à la chambre technique.

Lydia Zango, secrétaire exécutive de la CODEL

Tout ce travail d’observation et de monitoring qui sera abattu a pour but, selon le président de la CODEL, Halidou Ouédraogo, de réussir à avoir des élections 2020-2021 acceptées de tous, transparentes, libres et crédibles. Pour ce faire, il (le dispositif) capitalise les expériences du Sénégal et de la Serra Léone en 2012, de la Guinée Bissau en 2014, du Mali en 2013 et du Burkina Faso en 2015.

Cependant, le vice-président de la CODEL, Daniel Da Hien, a tenu à préciser que même si la CODEL a toutes les données, elle ne publiera pas de résultats avant la CENI (Commission électorale nationale indépendante). Car le rôle de la CODEL, c’est de signaler les dysfonctionnements et incidents et faire des propositions afin d’avoir un scrutin accepté de tous avec la collaboration de toutes les instances impliquées dans les élections.

Pour conclure, le vice-président a informé que la CODEL publiera un rapport de son observation et monitoring le mardi 24 novembre 2020.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment