Neutralisation de 146 terroristes au Burkina : L’opposition politique félicite les forces de défense et de sécurité

Le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) a tenu, ce mardi 5 février 2019, son traditionnel point de presse. Il a échangé avec les journalistes sur cinq points. Il s’agit de la détérioration de la situation sécuritaire, du bilan du massacre de Yirgou, de la suspension de la grève dans le secteur de l’éducation, de la politisation à outrance de l’administration et de la lutte contre la corruption. L’opposition a saisi l’occasion pour féliciter les forces armées pour la neutralisation d’une centaine de terroristes au nord du pays. La conférence a été animée par Jean-Hubert Bazié de la Convergence de l’espoir et Adama Séré du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso.

L’opposition politique est satisfaite des opérations menées par les forces armées contre les terroristes. Au cours de sa traditionnelle conférence de presse tenue ce mardi 5 février 2019, elle a noté avec joie que les forces de défense et de sécurité ont neutralisé, le lundi 4 février 2019, 146 terroristes. Elle dit se réjouir de ce résultat, vu que ces temps-ci, la situation sécuritaire du pays s’est détériorée. Le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) encourage les forces armées dans leur combat contre l’insécurité.

Si l’opposition gratifie l’armée, elle déglingue le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. Pour Jean-Hubert Bazié, c’est le président qui est le problème central. Il croit savoir qu’avec lui, le pays va droit dans le mur. Il a poursuivi en disant que manifestement, après trois ans passés à la tête du pays, un constat s’impose : le président Roch Kaboré, selon lui, a donné la preuve qu’il n’a ni la vision, ni les capacités pour gérer le pays, surtout en ces temps de turbulences.

Justice pour Yirgou…

Le deuxième sujet de la conférence a concerné le drame de Yirgou dans la région du Centre-Nord. Le CFOP dit attendre toujours que la justice arrête et juge les coupables de l’assassinat du chef de Yirgou et des six autres personnes, ainsi que les auteurs du pogrom contre les Peulhs.

Abordant la suspension de la grève des syndicats de l’éducation, l’opposition a félicité les acteurs pour leur patriotisme. Elle demande également au gouvernement de respecter ses engagements, afin d’éloigner les élèves du spectre de l’année blanche.

L’opposition politique a noté également une politisation à outrance de l’administration publique par la promotion aveugle des militants du parti au pouvoir. Les compagnons de lutte de Zéphirin Diabré notent que le phénomène continue et prend de l’ampleur. Ils en veulent pour preuve le fait que des agents ont été sanctionnés à travers des affectations abusives.

Le dernier point abordé est la corruption. A ce sujet, l’opposition exige du gouvernement la poursuite des complices du pillage des « maigres ressources du pays ».

Les journalistes ont interpellé l’opposition sur le financement des partis politiques par l’Etat, surtout dans un contexte difficile. Sur cette question, l’opposition estime que la subvention est légale. Cependant, elle dit être ouverte à d’éventuelles discussions sur le sujet. Sur ce, le CFOP a donné rendez-vous aux hommes de média pour le mardi prochain.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net


Related posts

Leave a Comment