Monument de Thomas Sankara au siège de l’Union africaine : Don Bosco Mullan explique ses motivations

Dans un article paru le 14 juillet 2020, Lefaso.net annonçait le projet de construction d’un monument en hommage à Thomas Sankara, au siège de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba (Ethiopie). Une initiative de l’écrivain irlandais Don Bosco Mullan pour rappeler à l’humanité que « les idées de Thomas Sankara sont toujours d’actualité ». L’opinion burkinabè à travers des commentaires dès l’apparition de l’article s’est intéressée quant à la motivation d’une telle initiative. Don Bosco Mullan dans une correspondance parvenue à la rédaction de Lefaso.net étale ses convictions les plus profondes et observe que « l’esprit de Thomas Sankara est plus vivant ». Aussi, il appelle son peuple à devenir l’incarnation vivante de ce qu’il a voulu en changeant le nom de leur pays de Haute-Volta en Burkina Faso. « La première citation du président Sankara que j’aurais inscrite sur le socle du monument est « NOUS DEVONS OSER INVENTER L’AVENIR », écrit-il. Nous vous proposons l’intégralité de sa correspondance.

Thomas Sankara : « Nous devons oser inventer l’avenir »

J’ai lu l’article publié dans Le faso.net le 14 juillet 2020 et les nombreux commentaires qu’il contient, réfléchis et perspicaces, tant positifs que négatifs, concernant mon espoir d’élever un monument au grand Thomas Sankara à l’Union africaine. Que l’Union africaine l’accepte ou non, il faudra voir.

L’article était généralement exact, même s’il me dépeignait comme trop émotif. Oui, j’ai versé des larmes à l’endroit où Thomas Sankara a été assassiné, mais pas sur la tombe, désormais vide, où il aurait été enterré après son assassinat le 15 octobre 1987. En fait, je ne sais toujours pas où son corps repose aujourd’hui.

Je me suis agenouillé et j’ai prié sur le lieu de son assassinat. J’ai pleuré la perte d’un véritable colosse de l’Afrique et de l’Humanité.

Permettez-moi, s’il vous plaît, de vous dire qui est Thomas Sankara pour moi, un Irlandais, et pourquoi je pense qu’il est toujours d’actualité au Burkina Faso, en Afrique et dans l’ensemble de l’Humanité.

Don Bosco Mullan , au mémorial de Thomas Sankara

J’aime le fait que Thomas Sankara n’était pas un nationaliste étroit, ni un fondamentaliste. Au fond, il était un défenseur du panafricanisme et un internationaliste. Sa vision d’arrêter l’avancée du désert du Sahara est en train de devenir la Grande Muraille Verte de l’Afrique, une initiative internationalement reconnue, si vaste qu’elle sera, une fois achevée, l’organisme vivant le plus long de la planète, visible depuis l’espace.

J’aime le fait qu’il se soit occupé des plus vulnérables. Son humanitarisme se manifeste dans la vaccination, en deux semaines, de deux millions d’enfants contre la rougeole, la méningite et la fièvre jaune.

J’aime le fait qu’il était un féministe qui a interdit le mariage forcé et les mutilations génitales féminines. Un féministe qui a cherché à honorer l’intelligence et la sagesse égales des femmes africaines en veillant à ce que les filles aient les mêmes possibilités d’éducation que les garçons et en élevant les femmes à des postes de direction.

Et je crois qu’il avait tout à fait raison en ce qui concerne le droit de l’Afrique à ne pas rembourser sa dette extérieure et la nécessité de devenir autonome. Devant l’OUA, en juillet 1987, il a proclamé « Les origines de la dette remontent au colonialisme. Nous ne pouvons pas rembourser la dette parce que nous ne sommes pas responsables de cette dette. Au contraire, les autres nous doivent quelque chose que l’argent ne peut pas payer. C’est-à-dire la dette de sang ».

Don Bosco Mulla , (à gauche ) remet un document de l’initiative de la Grande Muraille verte au pape François

À cause de cette déclaration, il est probable que des forces puissantes à l’intérieur et à l’extérieur du Burkina Faso, avec l’aide d’un Judas, ont commencé à comploter la disparition d’une grande âme africaine.

Dans un monde fini d’inégalités croissantes, le style de vie personnel de Sankara a élevé la dignité de la simplicité, nous rappelant les paroles immortelles du Mahatma Gandhi : « La Terre a assez pour les besoins de tous, mais pas assez pour la cupidité de tous ». Sankara a joint le geste à la parole et est devenu une contre-culture vivante face à l’immoralité grotesque du consumérisme effréné et au mensonge selon lequel les biens étrangers sont supérieurs aux biens africains.

Il a reconnu dans l’accumulation d’énormes richesses personnelles un vol des pauvres et des marginaux de la Terre. Son style de vie était encore plus prophétique que ses paroles. Comme nous le rappelle l’écrivain brésilien Paulo Coelho : « Le monde est changé par votre exemple, pas par votre opinion. »

En mémoire de ce grand écologiste, humanitaire, féministe et visionnaire panafricain, je suggère humblement que l’ancien palais présidentiel devienne un lieu de pèlerinage, encourageant une réflexion profonde, non seulement pour le Burkina Faso, mais pour toute l’Afrique.

Don Bosco Mullan rend hommage à Thomas Sankara (Lieu de l’assassinat)

En ce lieu, avec la connivence probable de puissances étrangères qui ont rarement eu à cœur les intérêts de l’Afrique, un grand fils de l’Afrique a été sacrifié par le Burkinabé et sa vision temporairement effacée. Mais l’histoire nous apprend que les idées visionnaires ne peuvent être consignées dans une tombe pour toujours. Et c’est particulièrement le cas de Sankara.

L’esprit de Thomas Sankara est plus vivant aujourd’hui que lorsqu’il a marché sur la terre. Et il appelle son peuple à devenir l’incarnation vivante de ce qu’il a voulu en changeant le nom de leur pays de Haute-Volta en Burkina Faso – Terre des gens droits. La liberté commence dans l’esprit. Et les Africains, à travers le continent mère de toute l’humanité, doivent commencer à libérer leur esprit et à élever leur âme, avec une foi mutuelle et une espérance renouvelée dans l’avenir.

Le XXIe siècle peut être et sera un siècle décisif pour l’Afrique, qui risque de permettre à de nouvelles forces colonisatrices de posséder et de contrôler ses ressources et d’étouffer ainsi le grand potentiel du continent. Sankara crierait sur tous les toits : « Non ! L’Afrique doit retrouver son âme en mettant en commun nos ressources, notre intelligence collective et la culture de l’ubuntu qui nous a permis de traverser nos jours les plus sombres. »

Pour moi, c’est l’essence même de Thomas Sankara et peut-être suis-je présomptueux en pensant que moi, un Irlandais, avec mon ami anglo-irlandais, Andrew Edwards, je pourrais élever un monument à la mémoire d’un si grand fils de l’Afrique. Si tel est le cas, je présente mes excuses sans réserve au peuple du Burkina Faso. Je souhaite seulement travailler en étroite collaboration et avec respect avec eux, et avec la famille de Thomas Sankara, s’ils sont d’accord.

En tant qu’Irlandais, je comprends l’impact du colonialisme, en particulier sur la psyché nationale d’un peuple. Et, dans mon cas, j’ai dû vivre avec les questions non résolues du colonialisme britannique en Irlande, étant donné que je suis né et que j’ai grandi dans les six comtés du nord-est de l’Irlande, nommés en 1922 – Irlande du Nord – mais pour lesquels, en tant qu’entité politique, je ne ressens aucune loyauté ou attachement. Je suis Irlandais, pas « Irlandais du Nord » et je ne suis certainement pas britannique.

J’écris ceci en guise de contexte. J’ai un respect de toujours pour l’Afrique. Je ne suis pas un Occidental, mais un être humain qui croit, comme Sankara, à la grandeur et au potentiel de l’Afrique et de tous ses habitants. La première citation du président Sankara que j’aurais inscrite sur le socle du monument est la suivante « NOUS DEVONS OSER INVENTER L’AVENIR ».

Thomas SANKARA n’était pas un saint et n’a jamais tenté de se présenter comme tel. Tout ce qu’il a fait en tant que président du BURKINA FASO n’était pas exemplaire. Certaines de ses décisions ont été malavisées et dures. Mais, surtout, malgré les énormes pressions coloniales internes et externes, il était un visionnaire de l’espoir transformateur de tant de manières progressistes. Notamment dans sa détermination, comme son frère martyr d’Afrique du Sud, Steve BIKO, à se libérer des mensonges de la limitation imposée par les colonisateurs et les racistes.

Il ne s’agit pas d’une tentative de la part d’un Occidental de s’insérer dans les affaires ou la mémoire du BURKINA FASO. Il s’agit plutôt d’un désir d’honorer la mémoire de l’un des dirigeants les plus visionnaires d’Afrique. C’est une expression de gratitude envers Thomas SANKARA, et le peuple auquel il appartient, pour l’espoir inspirant qu’ils ont offert au monde, en particulier à travers la Grande Muraille Verte d’Afrique. Un « mur », qui à la différence du mur mexicain de Trump, auquel le monde entier peut croire.

Merci, Thomas SANKARA, et le peuple droit du BURKINA FASO.

Don Mullan
17 juillet 2020

* A cet égard, je pense en particulier au soulèvement des anciens esclaves en Haïti, sous la direction du grand Toussaint Louverture, et à la façon dont il n’aurait pas réussi grâce à une politique de non-violence. Napoléon Bonaparte aurait simplement envoyé ses Faucheurs pour faucher à travers le peuple africain désarmé et les aurait consignés, pour toujours, dans des fosses communes non marquées. Sans l’intelligence et le génie militaire de Toussaint LOUVERTURE, la première République noire n’aurait jamais vu le jour.

Rosa Park (à gauche) et Don Bosco Mullan (à droite)

Don MULLAN
Biographie

Don MULLAN est un auteur, cinéaste, développeur de concepts et humanitaire irlandais à succès. Parmi ses nombreux livres, on trouve trois ouvrages d’investigation politiquement influents qui ont donné lieu à diverses enquêtes : Eyewitness Bloody Sunday (1997), un des principaux catalyseurs de la « Bloody Sunday Inquiry », l’enquête publique la plus longue et la plus coûteuse de l’histoire juridique britannique ; The Dublin and Monaghan Bombings (2000) et Speaking Truth to Power – the Donal de Roiste Affair (2006). Ses mémoires, The Boy Who Wanted to Fly (2010), ont été préfacées par PELE et l’archevêque Desmond TUTU. Don MULLAN a produit une trilogie de films primés sur le début (Bloody Sunday, 2002), la fin (Omagh, 2004) et les conséquences (Five Minutes of Heaven, 2009) des « Troubles » irlandais modernes.

Ils ont remporté les plus grands prix dans les festivals internationaux du film, notamment à SUNDANCE, BERLIN, RIO et TORONTO. Il est le concepteur de trois monuments commémoratifs de renommée internationale réalisés en collaboration avec l’éminent sculpteur anglo-irlandais Andrew EDWARDS : au Royaume-Uni (Gordon BANKS), en Belgique (The 1914 Christmas Truce) et aux États-Unis (Frederick DOUGLASS). Don MULLAN collabore actuellement avec Andrew EDWARDS à la création d’une série de monuments pour la justice sociale, dont un qui établit Thomas SANKARA comme l’initiateur de la Grande Muraille Verte d’Afrique.

Don MULLAN a reçu plusieurs prix internationaux, dont le prix Defender of Human Dignity Award (2003) de la Ligue internationale des droits de l’homme ; il est chef honoraire de la nation Choctaw de l’Oklahoma, et est le premier non-américain à recevoir la National Race Amity Medal of Honor (2015) du National Centre for Race Amity, Boston. M. Mullan est producteur exécutif du documentaire primé The Great Green Wall (2019) et consultant auprès de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD). Il est le fondateur et le PDG de Hope Initiatives International. Son site web est le suivant : www.donmullan.org

[Traduit by Hélène Pichon]

Related posts

Leave a Comment