Modernisation de l’administration publique : Le Comité de pilotage tient sa 1ère session de l’année

Le ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, Pr Seni Ouédraogo a présidé la cérémonie d’ouverture de la 1ère session ordinaire de l’année du Comité de pilotage de la modernisation de l’administration et la bonne gouvernance, ce vendredi 7 juin 2019, à Ouagadougou.

La modernisation de l’administration publique occupe une place de choix dans les axes stratégiques du Plan national de développement économique et social (PNDES). C’est dans ce sens que le ministère en charge de la fonction publique, à travers le Secrétariat permanant de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance (SP-MAB), a tenu cette 1ère session de l’année du Comité de pilotage. Les participants à ces travaux vont échanger sur les différents rapports de 2018 ainsi que le plan de travail et le budget annuel 2019 du Plan stratégique décennal de modernisation de l’administration (PDSMA).

En compagnie d’autres membres du gouvernement dont celui en charge de l’Education, de l’Economie numérique, le ministre en charge de la Fonction publique, Pr Seni Ouédraogo, a laissé entendre que cette session intervient dans un contexte particulier. En ce sens qu’elle devra donner les dernières orientations du premier plan stratégique de modernisation de l’administration publique.

Pour lui, en plus de faire le bilan des actions de l’année 2018 et de donner les orientations pour plus d’actions en 2019, conformément aux attentes du Premier ministre en matière de modernisation de l’administration et de bonne gouvernance, cette session est une occasion pour orienter des actions conjoncturelles dans les départements ministériels et institutions publiques afin de mieux répondre à l’attente du peuple burkinabè, conformément à l’objectif du PDSMA.

Le Pr Ouédraogo est revenu sur un passage du discours du Premier ministre devant la représentation nationale le 18 février 2019 lors de sa Déclaration de politique générale : « Pour être en adéquation avec les besoins fondamentaux de notre peuple, nous devons faire fonctionner de façon efficace et efficiente notre administration et nos institutions publiques. Cette exigence de qualité commande le développement d’une culture du travail. » Pour le ministre, ce passage doit interpeller plus d’un car « cette culture du travail, jadis reconnue comme une qualité naturelle des citoyens burkinabè semble être remise en cause aujourd’hui ».

Une situation qui est plus accentuée par les revendications et mouvements sociaux tous azimuts dans tous les secteurs de l’administration publique. Dans le sens de cette culture du travail, le gouvernement s’engage à travers des actions en cours ou à venir pour faire du fonctionnaire burkinabè un agent au service du citoyen. Il s’agit principalement, du recensement géographique des agents sur l’ensemble du territoire, du contrôle électronique des présences ; de la mise en place d’un système fiable d’authentification des diplômes d’accès dans l’administration publique.

Notons que le Plan stratégique décennal de modernisation de l’administration (PDSMA) a été adopté en 2011 et prend fin en 2020.


Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment