Martine Kaboré, la commerçante qui se bat pour « que Dieu se souvienne » des veuves et nécessiteuses

Martine Kaboré est une femme battante qui n’est plus à présenter dans le monde de la transformation et de la commercialisation du beurre de karité ; un métier qu’elle exerce avec passion. A la faveur de la 2e édition de la foire communale des associations partenaires de la commune de Ouagadougou, nous l’avons rencontrée. Elle lève un coin du voile.

Veuve et mère de six enfants, Martine Kaboré est issue d’un milieu relativement modeste. Rien ne la prédestinait à un parcours professionnel hors-du-commun qui est le sien. Aujourd’hui, elle est un modèle pour la gent féminine. Quatrième adjointe du maire de la commune de Ouagadougou, dame Kaboré a développé un goût prononcé du commerce dans les années 2000. De productrice de savon de lessive, elle se lance dans la production et la transformation du beurre de karité, jadis considéré comme « le cacao » du Burkina.

De nos jours, elle n’a de cesse d’explorer quelques marchés de la sous-région. Le Sénégal l’a déjà adoptée. « Je commercialise une variété de produits faits à base du beurre de karité. Les pommades, j’en ai au moins 16 variétés (dont des pommades médicinales, de beauté, etc.). Et les savons, plus d’une vingtaine de variétés », explique cette femme battante.

Si elle a choisi ce corps de métier, c’est avant tout pour des raisons financières. Ainsi témoigne-t-elle, « la mort d’un mari n’est pas une fatalité ».
Faisant sienne cette philosophie, elle crée en 1994, l’association Rim-tinrinbsom dont elle est la présidente. Rim-tinrinbsom est un vocable moaga qu’on peut traduire par « que Dieu se souvienne de nous ». Cette association regroupe des veuves et des nécessiteuses. Au moment où nous l’avions interviewée, son association comptait 402 membres. Sa création a permis à bien de femmes de s’en sortir grâce aux activités qu’elles mènent au quotidien notamment la transformation et la commercialisation du beurre de karité.

« Depuis 1994, nous avons fait beaucoup de choses avec les femmes. Elles ont eu des vélos à crédit pour se déplacer aux fins de pouvoir acheter de petites marchandises qu’elles revendent dans les marchés et yaars. Avec ce qu’elles gagnent dans leur business, elles arrivent à assurer les besoins de leurs familles. Après ça, j’ai formé 45 femmes dans le nettoyage. Cette activité de formation en nettoyage a été prise en compte par le ministère de la Femme. Aussi, plusieurs femmes de mon association ont été recrutées à la mairie pour le balayage des rues. Présentement, j’ai une quarantaine de femmes qui balaient les rues de Ouagadougou et une quinzaine qui s’activent dans l’entretien et le nettoyage du yaar de Baskuy », détaille Mme Kaboré avec la satisfaction d’avoir accompli un acte utile.

Son association, c’est toute sa vie

Impact du Covid-19

C’est donc avec beaucoup d’émotion qu’elle remercie ses partenaires ( le ministère de la Femme, CRET et la mairie de Ouagadougou) pour avoir pensé à « ces pauvres femmes » qui portent sur leurs épaules un lourd fardeau. Mais Mme Kaboré ne compte pas s’arrêter là. Son ambition est de contribuer à mettre fin à cette pauvreté qui les assaille. De cette association est née la marque « Takan cosmétique international » pour se démarquer de ses concurrentes. Les produits de cette marque génèrent un chiffre d’affaires non négligeable que la première responsable préfère ne pas révéler.

A la faveur de la 2e édition de la foire communale des associations partenaires de la commune de Ouagadougou, les membres de Rim-tinrinbsom ont exposé sur les étals, leur savoir-faire. Une tactique qui marche, apparemment bien, puisque le public n’a pas marchandé son déplacement. A l’instar d’autres secteurs, l’apparition du Covid-19 a freiné les activités de cette association.

Sa présidente par ailleurs quatrième adjointe du maire de la commune de Ouagadougou, confie : « Avant, on participait à deux foires à Dakar qui vraiment faisaient notre affaire. Malheureusement, depuis janvier 2020, on n’a plus effectué de sortie hors de Ouagadougou ». Pourtant, la consommation des Ouagavillois ne fait pas vivre son homme, selon elle.

Parlant du fonctionnement de l’association, elle a positivement apprécié l’esprit de cohésion qui règne entre les membres. « Je vous ai parlé de veuves et de nécessiteuses. Nous sommes tenues de nous entendre. Il faut qu’il y ait la cohésion pour qu’on puisse se soutenir. Il y a une parfaite cohésion entre les membres de l’association. On se soutient mutuellement. Avec l’apparition du Covid-19, beaucoup de femmes ont eu des dons de vivres. Malheureusement, nous on n’a pas eu cette chance. L’association a alors déboursé des sous pour mettre à la disposition des membres nécessiteuses, une tonne de riz », assure Martine Kaboré.

Pour Mme Kaboré invite les femmes à se battre afin de se réaliser après le décès de leurs maris

Un projet en gestation

Martine Kaboré a un projet qui lui tient à cœur : La construction d’un centre de production à grande échelle pour satisfaire les besoins de la clientèle. Le terrain d’une superficie de 1 022m2 est déjà un acquis. Restent les moyens financiers pour le démarrage effectif des travaux.

« Les financiers sont très compliqués. Or, sans financement tu ne peux pas avancer. On demande aux personnes, aux institutions, aux bonnes volontés de nous faire confiance et de nous soutenir pour que nous puissions aller de l’avant », lance comme appel Martine Kaboré. En plus de cette difficulté, elle a relevé le manque de moyen logistique.

En reconnaissance pour ses actions en faveur de la femme, Martine Kaboré a reçu à deux reprises les insignes des Collectivités locales. Comme vœux, elle souhaite que Dieu épargne le Burkina du Covid-19, qu’il donne la force aux dirigeants de pouvoir combattre les terroristes. « Ils font peur. On ne peut pas dormir la nuit. Si quelqu’un voyage, on ne sait pas s’il va revenir ou pas », dit-elle, anxieuse.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment