Marché des assurances au Burkina : Un chiffre d’affaires en hausse de 13, 29%

Le président de l’Association professionnelle des sociétés d’assurance du Burkina (APSAB), Denis Ouédraogo, et l’ensemble des directeurs généraux des sociétés ont animé, ce jeudi 28 novembre 2019 à Ouagadougou, leur conférence de presse annuelle en vue de présenter l’actualité des performances du marché des assurances au Burkina Faso et partager un aperçu des défis à relever dans le secteur.

Porter à la connaissance du grand public les chiffres enregistrés au cours de l’année 2018, informer la communauté des assurés de l’utilisation qui est faite de leurs primes et cotisations et sensibiliser les populations à l’importance des assurances. Ce sont, entre autres, les objectifs visés par cette conférence annuelle de l’Association professionnelle des sociétés d’assurance du Burkina (APSAB), a expliqué le président de l’APSAB, Dénis Ouédraogo. C’est aussi l’occasion de faire le bilan des activités réalisées en 2018 et de donner certains éclairages sur les actions des sociétés d’assurance qui ne sont pas toujours vues d’un bon œil par les populations.

S’agissant du bilan des activités de 2018, Serge Ramdé de l’APSAB a fait savoir que, de façon générale, les sociétés d’assurance au Burkina Faso se portent bien, et cela est visible au niveau du chiffre d’affaires enregistré. Un chiffre d’affaires s’élevant à 66, 49 milliards de F CFA au 30 octobre 2019, soit une hausse de 13,29% par rapport à la même période en 2018. Selon M. Ramdé, cela laisse également entrevoir un chiffre d’affaires annuel 2019 de plus de 92 milliards, et les primes émises du marché devraient passer au-dessus de la barre symbolique des 100 milliards de F CFA en 2020.

En plus de cela, il a montré que le résultat de l’activité est de 8,23 milliards de F CFA répartis entre les sociétés de dommage et les sociétés d’assurance-vie, avec une masse salariale de 6,905 milliards F CFA en 2018 contre 6,700 en 2017. Outre cela, le secteur des assurances enregistre une augmentation du capital social qui est passé de 1 milliard à 3 milliards de F CFA en 2019.

Une vue des journalistes et agents des sociétés d’assurance présents à la conférence de presse annuelle

Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt ; le taux de non-assurance au niveau des automobiles tourne autour de 40% et le taux d’assurés pour l’assurance-vie est à peine 1%, ce qui montre que la question des assurances au Burkina Faso n’est pas encore ancrée dans la mentalité des populations, a souligné le président de l’APSAB.

« Car la plupart des gens s’assurent à cause des contrôles policiers, alors qu’il faut d’abord penser à autrui, les dommages que les véhicules peuvent causer en cas d’accident », a-t-il expliqué. Et d’ajouter que contrairement à ce que pensent les gens, l’assurance n’est pas un luxe mais plutôt une nécessité ; parce que c’est une responsabilité civile. Et tous ces aspects sont des défis à relever par les sociétés d’assurance au Burkina Faso.

Dénis Ouédraogo, président de l’association professionnelle des sociétés d’assurance du Burkina

C’est pourquoi le président de l’APSAB a invité les populations à avoir une culture de l’assurance ; pas seulement pour les assurances obligatoires, mais aussi pour les autres types d’assurance facultatifs mais qui peuvent contribuer à leur développement et à leur épanouissement.
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment