MALI : 134 CIVILS TUÉS PAR DES PRÉSUMÉS CHASSEURS DOGONS

Au Mali, dans le village d’Ogossagou-Peul, situé dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, 134 éleveurs peuls ont tués par un présumé groupe de chasseurs dogons. Cette tuerie intervient pendant que le conseil de sécurité de l’ONU est en pleine visite au Mali dans le cadre d’une mission dans le Sahel.

Depuis quatre ans dans le centre du Mali des conflits entre et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture et les éleveurs peuls se multiplient.

Selon l’association de défense des droits des populations pastorales Kisal, les personnes tuées incluent « le chef du village et sa famille, le marabout Bara Sékou Issa et toute sa famille ».

Et à en croire des témoins, les cases du village ont aussi été incendiées.
Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, a évoqué dans un communiqué que «des femmes et des enfants, auraient été tués » et qu’il aurait « au moins 55 blessés ».

Ce dernier « condamne fermement cet acte odieux et appelle les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie et à traduire ses auteurs en justice » .

La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a aussi « condamné fermement de telles attaques contre des civils » dans un communiqué publié samedi 23 mars 2019.

Et « en soutien au Gouvernement malien, la Minusma a fourni un appui aérien afin de prévenir toute nouvelle attaque et a aidé à l’évacuation des blessés”, a précisé Antonio Guterres.

Ces violences ont coûté la vie à plus de 500 civils en 2018, selon l’ONU. L’attaque est survenue six jours après un attentat à Dioura, dans la même région mais beaucoup plus au nord, contre un camp de l’armée malienne, qui a perdu 26 hommes, selon un dernier bilan de source militaire.

La rédaction
Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment