Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres en charge de la Culture de l’espace G5 Sahel adoptent la Déclaration de Ouagadougou

La conférence des ministres en charge de la Culture des pays du G5 Sahel a pris fin ce vendredi 17 janvier 2020 à Ouagadougou. Durant trois jours, les ministres et leurs experts ont réfléchi sur la contribution de la culture à la prévention et à la lutte contre l’extrémisme violent. Cette rencontre a abouti à la déclaration de Ouagadougou. Elle demande la prise en compte de la culture dans la stratégie de lutte contre le phénomène.

Les lampions se sont éteints sur la conférence des ministres du G5 Sahel le vendredi 17 janvier 2020 à Ouagadougou. Durant trois jours, les ministres, experts, artistes et écrivains se sont penchés sur la contribution de la culture à la prévention et à la lutte contre l’extrémisme violent. C’est le Premier ministre Christophe Dabiré qui a présidé la cérémonie de clôture au nom du président du Faso. La rencontre a abouti à la déclaration de Ouagadougou. C’est le ministre de la Culture du Tchad, Madeleine Alingue, qui l’a rendue publique. La déclaration de Ouagadougou réaffirme la nécessité de la promotion des systèmes de valeurs en partage au sein des communautés. Ceci, non seulement pour la paix mais également pour le développement durable.

La conférence a également invité l’ensemble des gouvernements à doter de budgets conséquents le secteur de la culture. Elle a exhorté à une meilleure protection et une valorisation continue du patrimoine culturel dont regorgent les pays du G5 Sahel dans le cadre de la prévention et de la lutte contre l’extrémisme violent.

Bien avant, les autorités coutumières et traditionnelles ont lancé elles aussi un appel. Elles ont demandé leurs implications à tous les niveaux dans ce combat contre le mal. Les artistes et écrivains ne sont pas aussi restés en marge de l’événement. Par la voix du comédien, Rasmane Ouédraogo, ils ont demandé aux chefs d’Etat du G5 Sahel à leur faire confiance. Ils ont, selon eux, des capacités et des compétences. Ils peuvent donc proposer de bonnes solutions.

Le Premier ministre, Christophe Dabiré, a, au nom du président du Faso, félicité les ministres et les experts pour les résultats auxquels ils sont parvenus. Il a rassuré que des dispositions seront prises pour la mise en œuvre effective des recommandations. Pour le président du Faso, la déclaration de Ouagadougou trouvera une suite conséquente dans la prise en compte de la culture comme instrument de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent dans l’espace commun.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment