Lutte contre le terrorisme : Le ministre des armées françaises à Ouagadougou le 4 juillet 2019

Cette visite du 4 juillet 2019 de la patronne des armées françaises intervient après la signature, le 17 décembre 2018, d’un accord inter-gouvernemental de Défense pour renforcer la coopération entre la France et le Burkina face à la recrudescence d’attaques terroristes dans ce dernier.

Florence Parly aura un entretien avec le président du Faso, Roch Kaboré, président en exercice tournant du G5 Sahel (Burkina, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), depuis février 2019 et ce, pour une année. L’information qui est de La Lettre du Continent dans sa parution du 26 juin 2019, précise qu’entre ces deux personnalités, il sera question de la coopération sécuritaire entre les deux pays au moment où une vaste opération entre Barkhane et l’armée burkinabè a été menée dans le nord du Burkina (du 20 mai au 3 juin 2019).

Mme le ministre rencontrera également son homologue burkinabè, Chériff Sy. Le journal rappelle que le patron de la défense burkinabè avait, dans une interview accordée début juin à un média sud-africain, ouvertement critiqué le rôle de la France dans la région, tout en fustigeant le G5 Sahel et la politique de l’Union européenne au Sahel.

L’ex-collaboratrice de Lionel Jospin (secrétaire d’Etat au Budget, 2000-2002), reconvertie au monde de l’entreprise, puis depuis le 21 juin 2017, ministre des Armées françaises, Florence Parly, dans une déclaration devant le 4ème Régiment d’hélicoptères des Forces spéciales de terre, le 13 juin 2019, confiait : « Si l’on ne stabilise pas le Mali, le Niger ou le Burkina, l’Europe aura durablement sur sa tête non pas une, mais deux épées de Damoclès : celle du terrorisme et des prises d’otages, et celle des migrations illégales, dont beaucoup transitent par ces territoires. Il faut accompagner les forces armées sahéliennes après les avoir formées, y compris lorsqu’elles vont au combat, et pas seulement dans les Etats-majors ».
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment