Lutte contre le coronavirus : A la frontière avec la Côte d’Ivoire et le Ghana, les agents de santé veillent au grain

Pour freiner la propagation du coronavirus et détecter à temps l’entrée de nouveaux cas suspects sur le territoire burkinabè, les autorités sanitaires du pays ont pris des dispositions au niveau des différentes frontières. C’est le constat que nous avons pu faire à Galgouli et à Hamelé, localités frontalières respectivement avec la Côte d’Ivoire et le Ghana. A ces deux postes, des agents de santé surveillent les entrées et sorties avec des thermomètres à laser et sensibilisent aux mesures préventives de la maladie. Ainsi, du 6 février au 15 mars 2020, plus de 36 000 personnes ont été contrôlées, avec zéro cas de Covid-19.

La pandémie du coronavirus est en montée fulgurante ces derniers temps au Burkina Faso. Et pour y faire face, les autorités sanitaires ont entrepris de contrôler les voyageurs au niveau des différentes frontières. C’est dans cet objectif que deux postes de contrôle sanitaire ont été installés à Galgouli (frontière ivoirienne) et à Hamelé (frontière du Ghana).

Au niveau de ces deux postes, les agents de santé ont pour mission entre autres de contrôler la température de toute personne qui quitte ou entre dans le territoire burkinabè, de sensibiliser les passagers à la prévention de la maladie et à ses modes de transmission. Aussi, les agents de santé invitent les voyageurs à se laver les mains au savon et à les rincer à l’eau propre. Au poste de contrôle de Galgouli, l’infirmier-chef de poste du CSPS, Tier-Yele Somé, insiste auprès des voyageurs sur la nécessité d’avoir régulièrement les mains propres pour éviter le coronavirus ainsi que bien d’autres maladies. A Galgouli, entre le 6 févier et le 15 mars 2020, 30 830 personnes ont été contrôlées et aucun cas suspect n’a été détecté. Du côté de Hamelé, selon le major du CSPS, Djièmi Kambou, ce sont environ 8 000 personnes (à la date du 21 mars 2020) qui ont été soumises au contrôle.

« Chaque matin, nous avons un programme détaillé. Nos équipes se déportent au niveau du poste frontalier pour passer au contrôle de température des passagers. Et dès que nous constatons un cas suspect, nous avons prévu une maison d’isolement à côté du CSPS. Nous avons eu à contrôler un chauffeur qui faisait 38 degrés de fièvre et après avoir poussé l’interrogatoire, l’intéressé en question était sous traitement palu… ».

Au regard de l’urgence sanitaire de l’heure, cette activité est un travail supplémentaire en plus des consultations journalières. Mais Tier-Yele Somé nous rassure : « Avec le personnel actuel, nous arrivons à assurer le fonctionnement du CSPS et du poste de contrôle ». Puis d’ajouter : « Nous avons des difficultés pour nous approvisionner en gel hydroalcoolique qui est indispensable pour ce travail. Aussi, nous avons actuellement un seul thermomètre fonctionnel. S’il tombe en panne, nous ne serons plus en mesure de contrôler les personnes ».

En plus de ces contrôles aux frontières, les agents de santé de Hamelé, avec l’aide des agents de santé à base communautaire, sensibilisent de porte à porte et dans les villages environnants, aux bons gestes à adopter pour prévenir le coronavirus.

Boubacar Tarnagda

Related posts

Leave a Comment