Luc Marius Ibriga: »L’instabilité politique guette le Burkina Faso à tout coin de rue »

Le malaise social causé notamment par la décrédibilisation de la justice et la prédation des maigres ressources publiques, fait que «l’instabilité politique guette le Burkina Faso à tous les coins de rues», a prévenu vendredi l’homme de droit Luc Marius Ibriga.

Le Burkina Faso traverse un malaise social reposant sur la fragilité du socle de l’Etat, le développement d’une culture individualiste et de prédation et l’affaiblissement des canaux classiques de contestation, a déclaré le constitutionaliste Dr Luc Marius Ibriga, le vendredi 7 juin 2019, à l’occasion d’un panel organisé par le ministère de la Communication.

D’après lui, cette fâcheuse situation s’explique également par le paradoxe d’une «justice rénovée» à qui on a donné «la grosse part du gâteau», sans pour autant que le traitement des dossiers n’avance.

Luc Marius Ibriga fait allusion au Pacte national pour le renouveau de la justice burkinabè, adopté en 2015, et aux avantages jugés colossaux, accordés aux magistrats en 2016.

Selon M. Ibriga, ce sentiment d’impunité a pour conséquences, «l’instabilité politique qui nous guette à tous les coins de rues», l’effritement de la cohésion sociale et l’absence de discipline et d’engagement au travail avec pour corollaire, un risque plus grand d’appauvrissement.

Le président de l’Autorité supérieur de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) a émis des pistes de sortie de crise, que sont la réappropriation des valeurs de solidarité et du bien commun et l’exaltation du patriotisme.

Pour l’historien-chercheur Pierre-Claver Hien, il faut de la transparence dans «la juste répartition des maigres ressources nationales».

Il a aussi recommandé de revisiter l’histoire pour s’inspirer des mécanismes de résolution des crises et d’enseigner les valeurs civiques à l’école.

En rappel MM. Ibriga et Hien intervenaient au panel : «Médias et construction des valeurs de l’Etat-Nation : défis et perspectives», organisé à l’occasion du centenaire de la création de l’ex colonie française de Haute-Volta (actuel Burkina Faso).

De l’avis de Luc Marius Ibriga, les médias ont un rôle fondamental à jouer dans le rétablissement de la justice et dans la construction de l’Etat-nation, à condition qu’ils soient professionnels et éthiques et qu’ils ne fassent pas révérence aux politiques et à l’argent.

M. Ibriga a aussi invité les médias à créer un espace de débat public apaisé, à faire en sorte que le plus de citoyens connaissent les règles de droit afin qu’ils puissent faire des recours en cas de besoin.

Pour Dr Victor Sanou, le Burkina Faso n’a pas besoin aujourd’hui, du journalisme sensationnel basé sur le mercantilisme et la course aux scoops.

Il a donc demandé aux médias de bannir «toute animosité personnelle» et de réduire les nouvelles alarmistes pour favoriser le retour à la paix.

L’enseignant a communiqué à l’assistance ‘’les dix commandements’’ du journaliste, rappelant entre autres les nécessités d’exactitude, de véracité, d’équilibre et la fuite de la corruption.

Agence d’information du Burkina

Related posts

Leave a Comment