Loi de finances gestion 2020 : La Maison de l’entreprise instruit le monde des affaires à Ouagadougou

Le Centre d’information juridique des affaires de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF) a organisé, le vendredi 17 janvier 2020 à Ouagadougou, une rencontre d’information sur les « innovations et modifications fiscales de la loi de finances, gestion 2020. L’activité ouverte par le directeur général de la MEBF, Lancina Ki, a été organisée au profit des opérateurs économiques.

Il est devenu coutumier pour la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF), d’organiser chaque année des séances d’information sur la loi de finances nouvellement adoptée, au profit du monde des opérateurs économiques. Depuis quinze ans, rappelle Lancina Ki, la MEBF respecte ce rendez-vous annuel, en collaboration avec des partenaires sans lesquels, l’activité serait vouée aux gémonies.

En effet, l’activité est organisée en collaboration avec l’Association professionnelle des experts et conseils fiscaux et marque, selon Lancina Ki, le lancement des activités de l’année 2020 du Centre d’informations juridiques des affaires de la MEBF. Il ajoute, que la rencontre, qui se déroule en deux phases à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso, vise à informer et sensibiliser les chefs d’entreprise sur les innovations et les modifications fiscales de la loi de finances, gestion 2020.

Lancina Ki, directeur général de la Maison de l’entreprise.

Selon Moctar Yankini, représentant de la DGI, il y a eu beaucoup d’innovations qui ont été apportées à la loi de finances 2020, pour améliorer les rendements de l’impôt mais aussi des mesures de faveur fiscale. Le secteur des transports par exemple, bénéficie d’une exonération de la TVA sauf par option de se le faire imposer. Ce sont les mêmes impôts et taxes que ceux qui préexistaient, sauf que les dispositions ont changé, dit-il.

Moctar Yankini, représentant de la direction générale des impôts.

Cette rencontre à Ouagadougou a été animée par un représentant de la direction générale des Impôts (DGI), et un représentant de l’Association professionnelle des experts et conseils fiscaux (APECF). Quatre types de mesures ont été relevés par les présentateurs. Les mesures d’amélioration du rendement de l’impôt, tels que l’augmentation du taux de la taxe sur le tabac, de la cigarette de 45% à 50%, les retenues à la source sur les sommes versées aux prestataires résidents et aux prestataires non-résidents, le fameux Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) et la taxe spécifique sur les entreprises de télécommunication.

Ensuite les mesures visant la promotion des téléprocédures dont, l’obligation faite aux grandes entreprises de procéder aux paiements de leurs impôts et taxes par procédés électroniques et l’obligation de souscription des déclarations fiscales par procédés électroniques, aux contribuables relevant des directions des Moyennes entreprises. Le troisième type de mesure sont les mesures d’ajustement technique et enfin les mesures de faveur fiscale telles que l’exonération des entreprises de transport de la TVA, de même que l’importation et la vente des stickers, etc.

C’est une initiative salutaire selon Moctar Yankini, qui va permettre aux partenaires de la DGI de mieux comprendre le dispositif ce qui va réduire l’incivisme fiscal et améliorera les recettes en la matière.
La deuxième session de cette édition 2020, est prévue à Bobo-Dioulasso, le 21 janvier prochain, a annoncé Lancina Ki.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment