Littérature chrétienne : « Mon Dieu pourvoit à tous mes besoins », le nouvel ouvrage du pasteur Mamadou Karambiri

En plus de ses prêches, le pasteur Mamadou Philippe Karambiri transcrit ses inspirations. « Mon Dieu pourvoit à tous mes besoins » vient s’ajouter à la trentaine d’ouvrages qu’il a déjà publiée. Taxée de sujet tabou dans l’église, la prospérité financière et matérielle est évitée par les pasteurs. Dans cet ouvrage de 163 pages, l’auteur veut apprendre aux chrétiens comment dépendre de Dieu pour ce qui est nécessaire à leur vie quotidienne, sans manquer de rien.

« Ce livre n’a pas pour objectif de nous enseigner comment devenir millionnaire ou milliardaire. En personne expérimentée, le Dr Mamadou Karambiri lève le voile sur les principes bibliques qui nous assurent la satisfaction de tous nos besoins », peut-on lire. A travers cet ouvrage, l’auteur veut partager son expérience personnelle sur la question de la prospérité.

Avec des références bibliques à l’appui, Dr Mamadou Karambiri rappelle que Dieu est le créateur et le propriétaire de toutes choses. Dans la Bible, le livre de Matthieu, au chapitre 6, dans les versets 25 à 33 (Matthieu 6 : 25-33), le chrétien est invité à ne pas se soucier de la satisfaction des biens les plus élémentaires. « Notre Père céleste, en effet, en donne aux oiseaux, aux animaux aux plantes qui, pourtant, n’ont pas le souffle de Dieu comme l’homme. A combien plus forte raison ne pourvoira-t-il donc pas aux besoins des hommes, surtout de ceux qui sont ses enfants par la foi en Christ-Jésus ? », s’exclame l’auteur.

Pour le pasteur Mamadou Karambiri, l’Eglise a délaissé l’enseignement de ce principe divin par crainte des critiques et des accusations d’escroquerie
Ce qui empêche les chrétiens de jouir de la provision de Dieu

Dans les saintes écritures, il est dit : « Mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ ». Malgré cette « certitude de la parole de Dieu », il y a une multitude de démunis, constate l’auteur. Ce qui le pousse à se poser la question suivante : « Qu’est-ce qui empêche les chrétiens de jouir de la provision de Dieu ? ».

Dr Mamadou Karambiri dégage deux aspects. Premièrement, il y a la « primauté de la religion sur la relation » : être fils (ou fille) de Dieu ou se préoccuper à paraître comme un bon chrétien ? Pour l’auteur, la garantie de la provision divine est liée au statut de chaque croyant par rapport à Dieu.

En second lieu, c’est la « méconnaissance de la grâce » qui empêche la provision divine. Beaucoup n’auraient pas compris que la grâce est « une faveur imméritée, un don inconditionnel ». Cette situation expliquerait la peine que se donnent les croyant à travers des « jeûnes et prières intempestifs ».

De ces deux constats, le pasteur Karambiri conclut que « C’est notre refus de faire de Dieu notre source qui engendre la mendicité et les escroqueries dans les églises ».

Ouvrir un compte de crédit et débit

Après avoir relevé les deux grands obstacles pour accéder à la provision divine, l’auteur propose le chemin à suivre, avec des cas d’étude à l’appui. Il s’agit de la destinée, la postérité et la provision d’Abraham, et la connaissance personnelle de Dieu. Il faut « reconnaître Dieu comme notre seule source, et non le prendre pour une roue de secours, comme le font certains chrétiens », conseille le pasteur.
Ensuite, l’auteur suggère d’ouvrir un compte de crédit et débit, qui est crédité par les « dîmes, offrandes (ordinaires ou sacrificielles) et les libéralités. Cela est la « loi du donner et du recevoir ».

Couverture du livre

Enfin, il faut « savoir identifier et renverser les forteresses et les hauteurs qui s’élèvent contre la connaissance de Dieu ». En ce qui concerne la satisfaction des besoins, la volonté de Dieu est de le craindre, de s’occuper sainement et de l’honorer.

Dr Mamadou Philippe Karambiri est le fondateur du ministère du Centre international d’évangélisation (CIE)/Mission intérieure africaine, dont le siège est à Ouagadougou. Prédicateur et enseignant très sollicité, il est reconnu sur le plan national et international. Il prêche la parole de Dieu au Tabernacle Béthel Israël (TBI), l’église du siège du CIE, qui accueille plus de 7 000 personnes. Il est, par ailleurs, promoteur de la télévision confessionnelle Impact TV dont le signal dessert plus de 40 pays africains.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment