Les banques du Burkina Faso

De plus en plus, il se passe des pratiques dignes d’un autre âge dans les banques établies au Burkina Faso. Il y’a peu, on évoquait sur les réseaux sociaux les pratiques inhumaines vis-à-vis des intérimaires à la société générale et aussi dans une autre banque où le Directeur Général avait des comportements dignes d’un commis à l’époque coloniale.

Cette fois-ci, nos radars sont dirigés vers une autre banque de la place faisant partie d’un groupe bancaire présent sur 12 pays qui gagne de plus en plus des parts de marché sur l’échiquier national et qui a même eu des distinctions ces deux dernières années. Malheureusement au-delà de cette montée en puissance fulgurante de cette entité, il s’y passe depuis un certain moment des choses inimaginables en relation avec la gestion du capital humain. Il existerait, en effet, un membre de la Direction Générale à la réputation très controversée qui ferait des manigances, menaces et manipulations diaboliques. D’une source interne logée parmi les directeurs, cette personne se dirait intouchable et jouit d’une certaine protection. Parmi ces faits d’armes, il y’aurait des démissions liées à son comportement, des menaces, des injures… plus qu’un menteur, colporteur, ce membre est en passe de franchir le rubicond pour devenir un « assassin » de carrières de ses collaborateurs.
Dans nos prochaines publications, je vous proposerai de mettre en lumière ces événements en différents épisodes avec des détails inédits où nous aurons des témoignages sous anonymat d’ex-collaborateurs de cette banque, de stagiaires, d’intérimaires, de collègues (Directeurs) et des clients.

Nous finirons certainement par savoir au moment venu et en attendant qu’un organe de presse écrite de la place boucle son article sur la même banque, des réponses aux questions suivantes : Qui est cette personne ? Qu’a-t-elle fait ? Pourquoi elle le fait et continue de se comporter ainsi au grand désarroi de ses collègues ? Qui la protège et pourquoi ? Y’aurait-il d’autres scandales où elle serait impliquée ?

Le Burkina post-insurrection devrait être un Burkina où la relation de travail met l’humain au-dessus de tout où le patron n’est pas Dieu

A vous revoir bientôt pour l’épisode 1.

Related posts

Leave a Comment