“Lenga” des députés et cohésion à l’UPC : “Nous sommes sortis plus que renforcés” (Justin Compaoré)

Le groupe parlement Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a fait le bilan de ses participations aux activités parlementaires et extra parlementaires. Face aux journalistes, Justin Compaoré, président du groupe parlementaire est revenu sur le rapport de la tournée de la représentation nationale dans les cinq régions en proie à l’insécurité.

De façon générale, le groupe parlementaire UPC a participé activement aux activités de l’assemblée nationale. C’est le bilan que Justin Compaoré a dressé. Des votes des lois lors des sessions ordinaires et extraordinaires, le président du groupe parlementaire UPC  a indiqué qu’ils ont donné leur quitus pour un bon nombre de projets de lois portés devant les élus nationaux.

Aussi, le groupe parlementaire UPC a pris part à des restitutions de plusieurs rapports de missions initiées par l’Assemblée nationale. Justement sur les rapports de missions, on se rappelle du « lenga » des députés qui a fait couler beaucoup de salive et d’encre. Sur la question, Justin Compaoré a souligné que les « recommandations formulées dans le rapport dont celle querellée sont la formulation synthèse des recommandations circonstanciées d’étapes issues des propositions des forces vices des zones visitées ».

« Si le réalisme devrait prévaloir, notre candidat (Zéphirin Diabré) est le meilleur. Il a toutes les chances de remporter les élections de 2020 si on s’en tient à ce qu’on connait. L’homme, de par son charisme, de par son expérience et l’envergure internationale  qu’il a. Ce que je ne vois pas en aucun candidat. Ils ont des envergures nationales mais nous savons qu’aucun pays ne vit en vase clos. On a besoin de l’international pour pouvoir nous développer. Et je crois que la situation actuelle du Burkina nous laisse apprécier à souhait. C’est un homme qui n’a pas de passif. C’est un homme neuf, c’est un homme qui est propre. Et c’est un homme qui est intègre à même de porter les valeurs qu’incarne le Burkina Faso »

Moussa Zerbo

Selon ses propos, la question du découplage des élections n’est donc pas une volonté manifeste des députés de prolonger leur mandat. « Le meilleur lenga c’est d’avoir les cinq ans », a-t-il repris. Cependant, le président du groupe parlementaire UPC souligne que « nous nous sommes reconnus dans ce rapport ».

Pour lui, la mise en œuvre de toutes les recommandations aura un impact sur la vie des millions de Burkinabè. « La teneur devrait être soumise obligatoirement à l’appréciation du président du Faso. Et aussi à celle  de l’ensemble de la classe politique », a défendu l’honorable.

Pour lui, « il n’y a pas de quoi fouetter un chat ». Sur les rumeurs de divergences d’idée au sein du parti du lion, Justin Compaoré a dit qu’il n’en est rien. « Nous sommes sortis plus que renforcés», a-t-il laissé entendre. Les 19 recommandations contenues dans le « rapport à problème » n’ont donc rien fait à la cohésion au sein de l’UPC. Ce que le député de l’UPC déplore par ailleurs c’est la scission de la recommandation 15 (le lenga) des autres recommandations.

Pour lui, ils ont adopté dans son entièreté le rapport et non voté. « Les députés ont eu connaissance du contenu du rapport avant son adoption. Un rapport est un document de travail », a ajouté le président du groupe parlementaire UPC. Le groupe parlementaire a également mené des activités de soutien aux personnes déplacées internes. Aussi  les députés ont bénéficié de formations.

Basile SAMA

Burkina 24

Related posts

Leave a Comment