Le procès de l’assassinat de Thomas Sankara reprend au Burkina Faso

Démarré le 11 octobre, ce procès avait été renvoyé dès la première journée, afin de laisser plus de temps à la défense pour se préparer. Côté parties civiles, confiance et impatience s’entremêlent.

Dans cette affaire, il y a 14 accusés dont deux absents : Blaise Compaoré, l’ancien président burkinabè et ami de Thomas Sankara, et Hyacinthe Kafando, son chef particulier de la sécurité. Blaise Compaoré est soupçonné d’avoir commandité l’assassinat et Hyacinthe Kafando de l’avoir exécuté. Trente-quatre ans après les faits, l’ouverture de ce procès est historique. Reporté dès la première journée, il reprend ce lundi.

Durant cette seconde journée, les parties doivent faire part de leurs exceptions. Il s’agit là, surtout pour la défense, d’exposer d’éventuels vices de forme qui pourraient provoquer un renvoi, ou bien l’annulation de tout ou partie de la procédure. C’est une méthode dilatoire tout à fait classique, et le dossier de l’instruction étant épais de plus de 20 000 pages, l’évocation de toutes les exceptions pourrait prendre plusieurs jours. … suite de l’article sur RFI

Related posts

Leave a Comment