Le Premier Ministre face aux journalistes après six mois de gouvernance: Vidéo et quelques extraits

« Je suis serein … Le Chef de l’Etat et moi, nous travaillons en complémentarité… »

L’avis du Premier ministre Christophe Dabiré sur l’avenir du Burkina : 
« Il faudra d’abord régler la question de l’insécurité, que l’on crée les conditions pour une paix durable dans notre pays. Pour y arriver, il faut que tous les burkinabè se mettent d’accord pour regarder ensemble dans la même direction et avoir une même vision du développement économique… Nous devrons créer un climat de sérénité qui permettre au gouvernement de travailler dans de bonne conditions… Il faudrait que les travailleurs du secteur privé, les investisseurs du secteur privé puissent à avoir confiance et à travailler à investir dans le pays… »

« … 2020 c’est une année électorale, c’est une année butoir qui va nous permettre de déterminer la manière dont nous allons construire ce pays sur les 5 années à venir. Ceux qui viendront et qui auront la responsabilité de conduire la destinée, je crois qu’il n’y a qu’une seule voie… »

Sur l’affaire de fraude présumée de charbon fin : « Lorsque le problème s’est posé, la justice s’est saisie… Il y a eu des analyses contestées par la mine et le Ministère en charge des mines. Ce n’est pas la faute du gouvernement. On leur a dit, on vous recommande de recourir à une expertise internationale pour vous départager… »

« Contrairement à ce que les gens pensent, notre économie se porte bien »

Sur le front social : « J’ai dit aux travailleurs que leurs revendications sont légitimes. Elles reposent sur des textes votés par le parlement mais l’administration a mis du temps pour répondre… »

« Il n’y a pas de règlement de problèmes au cas par cas. J’ai été clair envers les membres du gouvernement, tant qu’on n’apure pas le passif, on n’accepte pas de nouvelles revendications »

« Les magistrats, tous les travailleurs sont concernés par la remise à plat des salaires »

« Le cas de Yirgou est un cas spécifique… Le gouvernement s’est saisi. Le procureur a fait son travail. C’est à la justice de communiquer. C’est au tribunal de décider de procéder à des arrestations ou non… »

« Aucun centimètre carré de notre territoire ne sera cédé à qui que ce soit… »

Lutte contre le terrorisme:

 » Aucun centimètre carré de notre territoire ne sera cédé »

« Le bilan est globalement positif. Il y a des motifs de satisfaction. Le peril terroriste est une lutte de longue haleine. Les populations sont satisfaites. Les attaques se poursuivent parce que le terrorisme ne peut pas étre éradiqué en un jour. Vous constatez qu’il ya une accalmie aujourd’hui. Nous sommes satisfaits. Malgré la multiplicité des attaques, le nombre de morts commence à diminuer. Nous disons qu’aucun centimètre carré de notre territoire ne sera cédé à qui que ce soit. »,

« Le procureur a demandé des autopsies. Si la procédure judiciaire suit son court, nous saurons de quoi sont morts les 11 gardés à vue »

« les autopsies ont été réalisées, les résultats ont été transmis au procureur. La procédure judiciaire suit son cours. Nous sommes prêts à les accompagner pour l’organisation des funérailles.  »

Nouveau code pénal: « On ne peut pas laisser chacun dire ce qu’il veut, quant il veut et comme il veut. Nous sommes entrain de redresser une situation. Lorsqu’on vous donne la liberté, il faut savoir s’amuser. De toutes les façon le Conseil constitutionnel s’est saisi de l’affaire, on va attendre qu’il délibère »

Le Premier ministre burkinabè, Christophe Dabiré sur les polémiques liées à la présence des forces françaises au Burkina

 » Je ne crois pas qu’il y a une part de duplicité de la France avec les terroristes »

« Nous avons une coopération efficace avec la France. La France nous appuie. Je ne crois pas qu’il il ya une part de duplicité de la France ( avec les terroristes). La France n’intervient que lorsqu’il y a une demande des autorités. La France intervient sur la base des accords ».

netafrique.net

Related posts

Leave a Comment