L’AVC est un tueur silencieux : 10 signes à reconnaître

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque l’approvisionnement en sang d’une partie de votre cerveau est interrompu ou réduit, privant les tissus cérébraux d’oxygène et de nutriments. Ainsi, en l’espace de quelques minutes, les cellules du cerveau commencent à mourir. L’AVC est par conséquent une urgence médicale et un traitement rapide est crucial. À savoir qu’une action précoce peut minimiser les dommages et les complications potentielles. Dans cet article, nous vous révélons les 10 signes précurseurs d’AVC auquel vous devriez faire attention. Ces informations ont été relayées par nos confrères du Huffpost.

Il existe deux types d’accident vasculaire cérébral : un accident vasculaire cérébral ischémique causé par un blocage ; un accident vasculaire cérébral hémorragique causé par la rupture d’un vaisseau sanguin. Ces deux types d’accident vasculaire cérébral privent une partie du cerveau de sang et d’oxygène provoquant donc la mort des cellules cérébrales.

Qu’est-ce qu’un AVC ischémique ?

L’accident ischémique cérébral est le plus courant et se produit lorsqu’un caillot bloque un vaisseau sanguin et empêche par conséquent le sang et l’oxygène d’atteindre une partie du cerveau. Cela peut se produit de deux manières :

·      Lorsqu’un caillot se forme quelque part dans le corps et se loge dans un vaisseau sanguin du cerveau. On appelle cela un AVC embolique.

·      Lorsqu’un caillot se forme directement dans un vaisseau sanguin dans le cerveau. C’est ce qu’on appelle un AVC thrombotique.

Qu’est-ce qu’un AVC hémorragique ? 

Un accident vasculaire cérébral hémorragique se produit lors de la rupture d’un vaisseau sanguin ou durant une hémorragie, et empêche de ce fait le sang d’atteindre une partie du cerveau. L’hémorragie peut se produire dans n’importe quel vaisseau sanguin du cerveau ou dans la membrane entourant le cerveau.

10 symptômes d’AVC auxquels vous devriez faire attention

On compte chaque année en France plus de 130.000 accidents vasculaires cérébraux, soit un toutes les quatre minutes. Selon l’INSERM, l’AVC représenterait la première cause de handicap survenu à l’âge adulte et la deuxième cause de démence et de décès.

Nos confrères du Huffpost ont répertorié les symptômes d’un AVC en deux catégories :

Des symptômes majeurs

–       Une paralysie ou un engourdissement soudain du visage, des bras ou des jambes. Cela se produit généralement d’un seul côté de votre corps. Quand cela arrive, essayez de lever vos deux bras au-dessus de votre tête en même temps. Si un bras commence à tomber, vous pourriez être en train de faire un accident vasculaire cérébral.

–       Une difficulté à parler et à comprendre : vous pouvez ressentir une sorte de confusion et avoir du mal à exprimer vos pensées et à comprendre le discours des autres.

–       Une difficulté à voir d’un œil ou des deux yeux : votre vision peut soudainement devenir trouble ou noircir dans un œil ou dans les deux.

–       Une difficulté à marcher : vous pourriez trébucher ou ressentir des vertiges, une perte d’équilibre ou une perte de coordination.

–       Un mal de tête soudain et sévère : un mal de tête soudain et grave, accompagné de vertiges ou d’une altération de la conscience, peut indiquer que vous avez un accident vasculaire cérébral.

Des symptômes moins fréquents

Les symptômes ci-dessous surviennent la plupart du temps chez les femmes :

–       Des nausées soudaines et des vomissements sans raisons apparentes

–       Une perte de conscience, une confusion ou des convulsions

–       Un hoquet qui ne s’arrête pas

–       Une douleur inexpliquée au niveau du visage et des membres

–       Un essoufflement sans raison accompagné d’une douleur thoracique

Comment évaluer ces symptômes ?

Si une personne de votre entourage souffre de ces symptômes commencez par lui demander de sourire et regardez si un côté de son visage s’affaisse. Demandez-lui ensuite de lever les bras et voyez si celui-ci dérive. Enfin, demandez-lui de dire une phrase relativement simple et surveillez si ses mots sont brouillés ou si son discours est trouble.

Comment réagir en cas d’accident vasculaire cérébral ? 

–       Contactez immédiatement les urgences et n’attendez pas que les symptômes disparaissent. Sachez que plus tôt le patient est pris en charge, moins il aura de séquelles.  Aussi, il est préférable de ne pas emmener le patient en voiture et d’attendre les ambulanciers. Ces derniers pourront effectuer les gestes de premier secours.

–       Appelez les secours même si les symptômes disparaissent. En effet, en cas d’attaque ischémique transitoire, les symptômes ne durent pas longtemps. Toutefois vous devez savoir qu’il s’agit d’un avertissement indiquant une attaque cérébral majeure.

–       Prenez note du moment où les symptômes sont apparus car il y a des médicaments qui ne peuvent plus être utilisés après un certain délai.

–       Ne donnez surtout pas d’aspirine à une personne qui fait un AVC. Si celui-ci est hémorragique, l’aspirine fluidifiera encore plus le sang.  

Related posts

Leave a Comment