L’actualité de la semaine en bref…

Vous avez été occupées cette dernière semaine et vous n’avez pas eu le temps de suivre de bout en bout l’actualité, infowakat.net vous propose un résumé des titres qui ont fait la une des médias nationaux.

Covid19

À la date du 03 avril 2020, le Burkina Faso enregistrait 318 cas de personnes infectées au coronavirus, selon les services sanitaires. 18 nouvelles guérisons ont été enregistrées, portant ainsi à 66 le nombre total de guérisons. Aucun cas de décès n’a été enregistré.

Toujours dans le cadre de la lutte contre la propagation de la maladie, le président Rock Marc Christian Kaboré s’est une fois adressé à la nation burkinabé. Lors de son discours, une batterie de nouvelles mesures ont été prises et visent à venir en aide aux populations vulnérables, et les personnes directement touchées par les mesures de restrictions déjà prises.

Au titre des nouvelles mesures :
Au titre des mesures sociales d’accompagnement
– La prise en charge des factures d’eau de la tranche sociale, et la gratuité de la consommation au niveau des bornes fontaines ;
– La prise en charge des factures d’électricité pour les couches sociales utilisant des branchements de 3 ampères monophasés ;
– Le rabattement des factures d’électricité de 50% pour les couches sociales utilisant des branchements de 5 et 10 ampères monophasés ;
– L’annulation des pénalités sur les factures de la SONABEL et de l’ONEA ;
– La réactivation des boutiques témoins de la SONAGESS ;
Au titre des marchés et yaars
– La suspension des loyers ;
– La suspension des droits de place ;
– La prise en charge des factures d’eau et d’électricité ;
– La prise en charge des frais de gardiennage ;
– Le don de vivres aux personnes vulnérables des marchés et yaars fermés à travers leurs faitières ;
– La gratuité du stationnement pour les taxis ;
Autant de mesures prises pour alléger la situation vécu par les burkinabé.

La BCEAO s’est de même inscrit dans l’accompagnement des pays membres de l’UEMOA, en vue de lutter contre le COVID19. Ainsi, la BCEAO a entrepris des réajustements sur les différentes transactions, allant de la réduction des couts, à la gratuité de certains frais liés à des transactions bancaires et mobil money.
Quant à la question de du vaccin contre le coronavirus qui devrait être expérimenté en Afrique, la présidence du Faso a, à travers un communiqué, « démentis catégoriquement » les informations qui ont circulé sur les réseaux sociaux, classant le Burkina parmi la liste des pays africains ayant « prétendument validé le test d’un vaccin contre le coronavirus ». Tout en appelant la population à l’esprit de discernement et de responsabilité, la présidence a affirmé à l’opinion nationale et internationale que « le Burkina Faso n’est en aucune manière engagé ni impliqué dans un quelconque projet de test de vaccin sur son territoire ».

À noter aussi que les vagues de solidarité des burkinabé en faveur de la situation qui sévit a été remarquable. Ainsi des associations de jeunes aux sociétés, chacune y va de ses moyens et de sa contribution afin de venir en aide soit aux population, et à la cellule en charge de la gestion de la maladie.

Tandis que des efforts sont lancés de part et d’autre toujours dans la vision de lutter contre la propagation de la pandémie, le milieu carcéral n’a pas été en reste. En effet sur appel de l’ONU, 1207 détenus issus des différentes institutions carcéral du Burkina ont connu des remises de peines.

Sécurité
Après une certaine période d’accalmie, le Burkina Faso a encore connu des attaques visant principalement ses forces de défense et de sécurité en l’espace de quelques jours. En début de semaine, en effet un détachement de militaire dans la localité de Toeni a été la cible d’une attaque d’hommes armés non identifiés dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2020. Au cours de cette attaque, une perte en vie a été enregistrée du côté des FDS, et une quinzaine d’assaillants neutralisés. Quelques jours après, le même détachement se trouve être la cible d’une embuscade. Le 03 avril un véhicule militaire explose sur une mine artisanale et cause la mort de trois FDS et six autres blessés.

La zone de Nafo, situé dans la région du Centre-nord a aussi connu une attaque, dans la nuit du 2 au 3 avril. Une position des volontaires pour la défense de la patrie a de même été la cible d’une attaque par des hommes armés non identifiés. Quatre membres volontaires ont été tués et un blessé enregistré.

Après Toeni et Nafo, le détachement de l’armée burkinabé basé à Bourzanga est aussi tombé dans une embuscade le samedi 4 avril 2020 dans l’après-midi. Le bilan provisoire, non officiel de cette attaque fait état de deux soldats tués, une quinzaine de blessés et deux autres disparus. Pour cette attaque, les assaillants ont emporté du matériel militaire dont deux pickups armés et des motocyclettes.

Dans la soirée du samedi 04 Avril, une équipe de la police du poste frontalier de Kantchari est tombée dans une embuscade dans la zone de Kantchari dans la province de la Tapoa. Un fonctionnaire de police y a perdu la vie.

Hors de nos frontières, cinq compagnons de Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition malienne, ont été par leur ravisseurs, dans la nuit du 02 au 03 avril 2020. Toutefois, Soumaïla et trois autres personnes de sa délégation sont toujours entre les mains des ravisseurs.

Politique

Au plan politique, certains partis politique ont interpellé le gouvernement actuel, quant à la gestion de la pandémie du coronavirus au Burkina, et la situation sécuritaire. Ainsi pour le front patriotique pour le renouveau (FPR), le gouvernement « gère très mal ce problème sanitaire ». Ils accusent les premières autorités d’être « quasiment inactif sur le front, l’absence de dotation conséquente des structures sanitaires en matériel de protection pour les agents de santé sur le terrain, l’absence d’anticipation de la part du gouvernement, de sa non implication financière ; l’opacité autours de la gestion de dons ». Ils ont donc conclu à l’incapacité des dirigeants à conduire le pays vers un avenir meilleur.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) quant à eux dénoncent « le laxisme et l’amateurisme du gouvernement ». Invite est donc faite au gouvernement d’adopter un plan incisif pour soutenir les agents de santé, soulager les populations et accompagner les investisseurs.

Alex SOME
(Stagiaire)
Infowakat.net

Related posts

Leave a Comment