La Saint-Valentin interdite en Indonésie et en Inde

Le 14 février est désormais inscrit dans les annales des amoureux de bon nombre de pays. Mais certaines nations ne voient pas les choses ainsi. C’est le cas de l’Indonésie, le plus peuplé de tous les pays musulmans. L’Inde non plus n’apprécie pas cette fête dédiée aux amoureux. Célébrer la Saint-Valentin dans ces pays-là peut vous attirer de gros ennuis. Explications.

Qualifiée de dépravation des mœurs issue de l’Occident, la Saint-Valentin est tout simplement rejetée, et même, interdite en Indonésie. Dans ce pays, des lycéens ont battu le pavé à Surabaya (la deuxième ville) pour crier leur refus de la célébration de l’amour.

Sur l’une de leurs nombreuses pancartes, l’on pouvait lire “Désolée pour la Saint-Valentin, je suis musulmane”. C’est au cri de “Dites non maintenant à la Saint-Valentin !” que ces élèves (dont de nombreuses filles couvertes de voile) se faisaient entendre dans les rues.

Nous voulons rappeler à notre jeune génération de ne pas se laisser attraper par la culture occidentale.

S’exprimant au micro de l’AFP, le responsable du lycée Arief Himawan s’est voulu clair : “nous voulons rappeler à notre jeune génération de ne pas se laisser attraper par la culture occidentale.”

Mais il n’y a pas que des manifestations anti-Saint-Valentin en Indonésie. Les autorités sont allées plus loin que ça, ordonnant des descentes de police à Surabaya et Makassar, sur l‘île des Célèbes. Le but étant de prévenir toute célébration de la fête dite des amoureux. En Indonésie, pas question de laisser Cupidon décocher publiquement ses flèches, comme cela se fait en Occident.

Et si vous êtes un adepte de la Saint-Valentin dans ce pays, n’allez surtout pas le faire savoir dans l’ultra conservatrice province d’Aceh, l’unique endroit d’Indonésie où est appliquée la charia, la loi islamique. S’appuyant sur le coran, les autorités de cette province viennent de réaffirmer leur intransigeance vis-à-vis de la célébration de l’amour.

Mais qu‘à cela ne tienne. Des Indonésiens pratiquant un islam plutôt modéré ont tout de même bravé l’interdit et célébré le 14 février, offrant du chocolat ou des fleurs à l‘être aimé.

Situation identique en Inde

L’Inde lui aussi connaît son lot d’anti-Saint-Valentin. Au pays de Ghandi, plus précisément dans l’Etat du Gujarat (ouest), plus de 10.000 écoliers âgés de six à 17 ans se sont engagés à l’occasion de la Saint-Valentin à ne pas se marier sans l’autorisation de leurs parents.

Il est à préciser qu’en Inde, deuxième pays le plus peuplé de la planète après la Chine, la tradition exerce un poids plus que considérable dans les mariages, qui sont très souvent arrangés entre les familles. De ce fait, se marier dans un tel pays en faisant fi de la tradition est synonyme de risque et parfois même, les mariés peuvent y perdre… la vie.

Dopés par cette tradition au blindage indiscutable, des élèves de 25 écoles, de même que certains de leurs enseignants, se sont donc jurés d’“aimer et respecter leurs parents pour l‘éternité”.

Selon le quotidien The Times of India, les autorités de l’Etat méridional du Karnataka ont demandé solennellement aux parents d‘élèves de veiller à ce que leurs progénitures ne se laissent pas gagner par la célébration de la Saint-Valentin. Pour ces autorités, cette fête des amoureux pourrait pousser les enfants à pratiquer l‘école buissonnière, leur faisant faire du shopping ou encore, les conduisant dans les salles de cinéma un jour de classe.

Comme quoi, l’amour est perçu de différents manières dans le monde. A chacun sa vision des choses, à chacun sa méthode.

http://fr.africanews.com/

Related posts

Leave a Comment