Journée mondiale de l’enseignant : Une marche silencieuse en soutien aux FDS tombés à Yirgou

En lieu et place d’une marche-meeting, c’est plutôt une marche silencieuse que la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) a observé le 5 octobre 2021, à l’occasion de la journée mondiale de l’enseignant. Un mémorandum, contenant des revendications a été déposé au ministère en charge de l’Education nationale.

La Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) est solidaire des forces de défense et de sécurité (FDS) qui ont perdu 14 éléments le lundi 4 octobre 2021, au cours de l’attaque de leur détachement à Yirgou. Pour marquer marquer son soutien, au lieu de la marche-meeting prévue pour la commémoration de la journée mondiale de l’enseignant, c’est une plutôt une marche silencieuse qui a été organisée.

La CNSE a observé une marche silencieuse en lieu et place d’une marche-meeting en solidarité aux FDS

La Coordination a tout de même déposé son mémorandum au ministère de tutelle. Il a été réceptionné par le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maiga, son collègue en charge l’Education nationale, Pr Stanislas Ouaro étant en mission. Les revendications des enseignants mentionnées dans le mémorandum sont axées sur quatre points. Il s’agit d’abord de la mise en œuvre « diligente » et « conséquente » des engagements pris à travers les protocoles d’accords signés avec les organisations syndicales de l’éducation, de la recherche et de l’innovation.

Les enseignants ont souhaité l’abandon « de la voie de la répression » pour celle d’un dialogue « franc », afin de résoudre les problèmes du secteur. Le troisième point du mémorandum concerne la réouverture de l’ensemble des écoles fermées et la prise de mesures pour assurer la sécurité dans l’ensemble des localités du pays afin de permettre le fonctionnement de toutes les écoles.

Le ministre en charge de l’enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maiga, a salué la démarche de la CNSE

Le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maiga, a salué la démarche de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation, de transformer sa marche-meeting en marche silencieuse. Pour lui, il peut certes y avoir des divergences mais il faut savoir les taires quand il s’agit de la Nation. Il a déclaré que le pays a été « ébranlé » lundi parceque ceux qui veillent pour notre sécurité nuit et jour ont été profondément touchés. « Il y a eu des morts et vous avez décidé de réajuster vos activités pour la circonstance de deuil national », a-t-il dit aux enseignants. Aux manifestants, il a laissé entendre que le gouvernement est conscient que le Burkina Faso ne peut se développer sans l’éducation, la recherche et l’innovation. Et des mesures seront prises à cet effet.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment