IVe sommet des chefs d’Etat du G20 : appel à corriger l’inégalité d’accès au vaccin anti-COVID-19

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a participé, le vendredi 27 août 2021, par visioconférence, au IVe sommet du G20, sur l’initiative « Compact with Africa ». A l’issue de la rencontre, la ministre déléguée, chargée de l’Aménagement du territoire, Pauline Zouré, a fait le point à la presse.

Les chefs d’Etat du G20 sont unanimes qu’il faut corriger l’inégalité d’accès au vaccin contre la COVID-19 entre les pays africains et occidentaux. Ils l’ont affirmé au cours du IVe sommet du G20 sur l’initiative « Compact with Africa » tenu, le vendredi 27 août 2021, auquel le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a participé par visioconférence. Les échanges se sont focalisés essentiellement autour de la pandémie de la COVID-19 et l’émergence de nouveaux variants, a fait savoir, la ministre déléguée, chargée de l’aménagement du territoire, Pauline Zouré, au terme de la conférence.

Elle a relevé que les chefs d’Etat se sont penchés, sur les effets pervers de la crise sanitaire sur les économies africaines, mais aussi de l’importance de relever le défi de la couverture vaccinale de la population africaine. « Il a été établi que moins de 2% de la population africaine a été vaccinée pendant que dans les pays occidentaux, l’on est à plus 60%. Les chefs d’Etat ont trouvé que c’est une inégalité d’accès qu’il convenait de corriger », a-t-elle indiqué. A cet effet, a-t-elle fait savoir, les échanges ont porté sur la nécessité d’un transfert de technologies de la production des vaccins de qualité sur le continent afin de permettre aux Etats africains d’avoir rapidement accès aux vaccins mais aussi de permettre une relance économique véritable.

A l’entendre, les chefs d’Etat ont aussi parlé de l’augmentation des droits de tirage spéciaux, qui sont des sources de financement de l’économie à travers notamment une réallocation pour financer les dépenses sanitaires et la mise à niveau des hôpitaux africains. « Les chefs d’Etat ont relevé qu’il est très urgent qu’on puisse avoir un engagement solide, au niveau international pour permettre que l’Afrique puisse disposer de plus de doses de vaccins et surtout de qualité si, nous voulons entrevoir une relance économique », a-t-elle dit.

Atteindre 70% de la couverture vaccinale

Pour la ministre déléguée, les Etats ont plaidé pour plus d’engagement afin d’atteindre une couverture vaccinale de 70% des populations africaines, qui est un seuil privilégié pour se prémunir contre les nouveaux variants. « Nous savons qu’avec l’introduction du vaccin, il est possible qu’il y ait des balkanisations et c’est ce que nous voulons éviter », a-t-elle souligné. La France, dans cet élan de solidarité, a-t-elle annoncé, a décidé d’offrir 10 millions de doses de vaccins à l’Union africaine (UA). Mme Zouré, a également souligné que le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, a fait un plaidoyer en faveur du Burkina Faso qui traverse un contexte sanitaire et sécuritaire difficile. « Le président Kaboré a demandé qu’il puisse y avoir une plus grande mobilisation et une solidarité mondiale autour des Etats du G5 Sahel, en particulier le Burkina Faso », a-t-elle signifié. Elle a aussi expliqué que le chef de l’Etat a rappelé la nécessité de reposer le débat sur la résolution structurelle de la question de l’endettement des pays africains. « Le Compact with Africa est un cadre privilégié de partenariat gagnant-gagnant au cours duquel on pouvait trouver des solutions pour assurer une plus grande solvabilité des économies », a-t-elle estimé.

Related posts

Leave a Comment