Islam et terrorisme : « La France ne joue pas franc jeu dans la lutte contre le djihadisme », selon Bilal Ramadan

Le philosophe et formateur, Bilal Ramadan, a animé une conférence publique ce mardi 21 septembre 2021 à Ouagadougou, dans la salle Henri Sebgo du Centre national de presse Norbert Zongo. Les discussions qui ont porté sur le thème « Islam, islamophobie et terrorisme » ont eu pour modérateur le journaliste et l’ex président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newtown Ahmed Barry.

Bilal Ramadan s’est entretenu pendant plus de deux heures d’affilée avec les hommes de médias autour du thème « Islam, islamophobie et terrorisme » ce mardi 21 septembre 2021. Un entretien pendant lequel le philosophe n’a pas rangé un seul instant sa langue dans sa poche. Il déplore la situation en Afghanistan qui, d’après lui, est de la faute des Etats-Unis ou encore déclare qu’Israël est « un Etat terroriste », car selon lui Israël a dépassé les bornes en s’accaparant des terres qui ne sont pas siennes. Il précise cependant n’avoir aucune haine contre les juifs, en informant l’assistance qu’il a des amis de nationalité juive.

A cette occasion, Bilal Ramadan a dénoncé le laisser faire de la France face à la recrudescence des attaques terroristes dans la sous-région où elle intervient militairement : « Quand vous me dites que les français payent, je ne vous dis pas qu’ils payent parce que je n’en sais rien. Mais qu’ils aient tendance à laisser faire, ça je vous dis oui ! Parce que plus il y a du terrorisme, plus ils seront indispensables », a-t-il expliqué.

Une vue des participants à la conférence publique sur l’islam, islamophobie et terrorisme

Bilal Ramadan définit l’Islam comme étant une religion de paix et de respect des droits de l’homme, qui serait pourtant combattue par la France à travers la stigmatisation de ses fidèles qu’il qualifiera d’islamophobie « L’Islam allait bien en France tant que les mosquées et leur financement étaient assurés par des Etats amis que sont l’Algérie, le Maroc … Dès que les musulmans se sont organisé entre eux, les choses ont tourné au vinaigre parce qu’ils n’étaient plus sous leur contrôle », a-t-il argumenté en indiquant que l’Islam et l’islamophobie vont de pair.

« On est arrivé à faire croire que les frères musulmans sont des terroristes au point qu’ils en viennent à dissoudre leur association en France », s’est-il indigné.
Face à cette situation, le philosophe dit gagner à la Cour européenne leur lutte contre l’injustice du gouvernement français à l’égard des musulmans.
Concernant le terrorisme au Burkina Faso, le conférencier a interpellé l’assistance à ne surtout pas se tromper de cible car, pour lui, il y a beaucoup d’affirmations infondées sur ce qui se passe autour.

Il affirme en effet, avoir entendu toutes sortes de baliverne à ce sujet : « J’ai entendu que c’était Compaoré qui avait payé des militaires, qu’il avait des armes. J’ai entendu que des militaires étaient complices des terroristes… », a-t-il, confié en glissant cette morale : « Quand je vous dis ne pas vous tromper de cible, ne désignez pas les gens qui ne payent pas comme étant les payeurs parce que cela n’est pas vrai. »

Le philosophe Bilal Ramadan, formateur et conférencier du jour

Le philosophe et formateur est clair sur une chose, « si une religion ou une politique ne te libère pas, il ne faut guère l’accepter ». Il estime que la responsabilité du terrorisme se situe à plusieurs niveaux. Il accuse d’abord l’Arabie Saoudite qui, pour lui, n’est pas un modèle pour la communauté musulmane au regard de la famille qui la gouverne actuellement. Puis Bilal Ramadan pointe du doigt les dirigeants qui n’ont pas su relever les défis du développement dans leurs pays, ni instauré la cohésion sociale.

Pour sa part, Newtown Ahmed Barry, le modérateur, pense que la situation est devenue telle que les gens se trouvent aujourd’hui traumatisés par la question du djihadisme.

Il suggère de ce fait que les citoyens se réservent de parler sans preuves, pour ne pas tomber dans des affirmations gratuites. « Moi j’ai vu beaucoup d’images sur les réseaux sociaux où l’on dit les français sont en train de distribuer des motos aux terroristes ou bien que les terroristes ont toujours de nouvelles motos […] Peut-être que ce n’est pas faux dans les faits, ils ont certes des motos neuves mais où est-ce qu’ils les obtiennent ? C’est là, la question », s’interroge Newtown Ahmed Barry.
Pour mémoire, l’islamophobie a été à l’origine de nombreuses attaques et de violences dont les plus marquantes sont notamment l’attentat des deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle Zélande faisant 51 morts et 49 blessés le 15 mars 2019, et celui de la grande mosquée de Québec au Canada, le 29 janvier 2017, faisant 6 morts et 8 blessés.

Newtown Ahmed Barry, journaliste et ex président de la CENI

Des études menées suite aux attentats du 11septembre 2001 à New York, ont montré une augmentation des actes islamophobes aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe. A cet effet, plusieurs associations ont alors été créées dans différents pays pour défendre les victimes.

Bilal Ramadan a annoncé une prochaine conférence publique pour aborder la contribution de la communauté musulmane dans la lutte contre le terrorisme. Ce sera ce jeudi 23 septembre 2021 dans la même salle.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment