Insécurité au Centre-Nord : Trente éléments des FDS formés à l’élimination des engins explosifs improvisés

A la suite des régions du Centre, de l’Est et du Sahel, le Centre-Nord a accueilli à son tour la formation sur l’élimination des Engins explosifs improvisés (EEI). Débutée le 2 août dernier, ladite formation a pris fin ce 7 août 2020 à Kaya. Cette activité s’inscrit dans le cadre du Programme d’aide au renforcement des capacités antiterroristes (PARCA) d’Affaires mondiales Canada, qui traduit l’engagement du Canada à soutenir la prévention et la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale.

En août 2017, le Burkina Faso a connu son premier incident comportant l’utilisation d’engins explosifs, dans la localité de Tongomayel. Et depuis lors, les attaques à l’EEI ont continué de manière aléatoire entre 2017 et 2018. Et les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-Nord, de l’Est, du Nord et du Sahel sont les plus touchées. Depuis la mi-août 2018, on constate une hausse du nombre d’incidents liés aux engins explosifs, avec un pic de onze incidents en janvier 2020.

Dans l’objectif de fournir un appui au gouvernement burkinabè dans la lutte contre ces mines, le gouvernement du Canada a apporté un soutien financier depuis le mois d’avril 2020. Un soutien qui vise à renforcer les capacités des Forces de sécurité intérieure (FSI), sous la tutelle du ministère de la Sécurité, à opérer de manière efficace dans un environnement affecté par les EEI. C’est dans ce sens que le Département des opérations de paix des Nations unies veut contribuer aux efforts d’atténuation des risques liés aux engins explosifs au Burkina Faso, à travers une série de formations dont celle de Kaya qui s’est déroulée du 2 au 7 août 2020.

Ambassadrice du Canada

« Ces formations sont articulées autour de la sensibilisation concernant les dangers liés aux EEI, la formation en Reconnaissance non-technique (RNT), la formation aux gestes de premiers secours », a expliqué l’ambassadrice du Canada. Et d’ajouter qu’il s’agit d’un projet de huit mois qui s’inscrit dans le cadre du Programme d’aide au renforcement des capacités antiterroristes (PARCA) d’Affaires mondiales Canada, dont l’objectif est de soutenir la prévention et la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale.

Les principales activités du projet, que sont la formation du personnel des FSI et le don d’équipements, sont mises en œuvre dans les régions les plus affectées par les EEI, à savoir la Boucle du Mouhoun, le Centre-Nord, l’Est, le Nord et le Sahel.

Remise de kits

La cérémonie de clôture de la formation au Centre-Nord, qui a connu la participation de 23 hommes et sept femmes, issus de la Gendarmerie nationale, la Police nationale, la Police municipale, la Douane et les corps des Eaux et forêts, a été présidée par la secrétaire générale du ministère de la Sécurité, Maïmouna Ouattara/Thiombiano. Celle-ci a traduit la reconnaissance du gouvernement du Burkina au Canada pour les efforts aux côtés du pays des hommes intègres.

Don

A l’issue de la formation, les participants ont reçu, en plus des attestations, des trousses de premiers secours et un lot de RNT composé d’outils d’identification, d’inspection et de sécurisation de lieux où se trouvent des EEI. Ils ont formulé entre autres recommandations l’extension de cette formation à l’ensemble de leurs frères d’armes et son intégration dans les écoles de formation. Le gouverneur de la région du Centre-Nord, Casimir Séguéda, s’est réjoui de la tenue de cet atelier dans sa région.

Lefaso.net

Related posts

Leave a Comment